fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Éprouve-t-on le même plaisir à voir une pièce de théâtre qu'à lire un roman ? | Dissertations

Dissertations

Éprouve-t-on le même plaisir à voir une pièce de théâtre qu'à lire un roman ?

Extrait du corrigé :

Quelles sont les différences entre la lecture d’un roman et le spectacle d’une pièce de théâtre ?

=> Il faut bien expliquer que les deux genres sont très différents.

 

Nous avons fait un plan en étudiant chaque genre séparément, de façon à être clair. Il peut aussi être judicieux de reprendre ces critères mais en comparant systématique les deux genres.

 

I. Le théâtre, espace qui se prête au débat d’idées.

Le théâtre est un moment particulier où le spectateur s’évade de son quotidien => il a choisi de se rendre au théâtre (il aurait pu lire la pièce seulement) :

            A- Les conditions de la représentation

• Salle de théâtre => endroit fermé, moment à part, le temps de la représentation. Salle dans le noire : personnes regroupées le temps du spectacle. Moments ritualisés : les coups de bâton, les entractes…

• Le théâtre est un moment particulier où le spectateur s’évade de son. Théâtre, «pays de l’irréel » : monde de carton : décor ; éclairages, musiques, costumes... tout est « artificiel » et entre dans des règles (alexandrins…), réalités scéniques…

• Art de la représentation => spectacle qui a une particularité : doublé énonciation.

• Les acteurs ont une grande importance => leur jeu peut insister sur le comique, le tragique... Cf. on sait par exemple, que Molière était un acteur très drôle qui avait la capacité à rouler de très gros yeux.

• Importance du metteur en scène lors des interprétations => peut insister sur le pathétique du personnage plus que sur le ridicule : pitié au lieu du rire.