fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Théophile de VIAU, « J'ai fait ce que j'ai pu pour m'arracher de l'âme ». | Commentaires composés

Commentaires composés

Théophile de VIAU, « J'ai fait ce que j'ai pu pour m'arracher de l'âme ».

 Théophile de VIAU, « J'ai fait ce que j'ai pu pour m'arracher de l'âme ».

 

Élégie

 

 

  1. J'ai fait ce que j'ai pu pour m'arracher de l'âme
  2. L'importune fureur de ma naissante flamme,
  3. J'ai lu toute la nuit, j'ai joué tout le jour,
  4. J'ai fait ce que j'ai pu pour me guérir d'Amour,
  5. J'ai lu deux ou trois fois les beaux secrets d'Ovide,
  6. Et d'un cruel dessein à mes Amours perfide,
  7. Goûtant tous les plaisirs que peut donner Paris,
  8. J'ai tâché d'étouffer l'amitié de Cloris.
  9. J'ai vu cent fois le Bal, cent fois la Comédie,
  10. J'ai des Luths les plus doux goûté la mélodie,
  11. Mais malgré ma raison encore Dieu merci,
  12. Ces divertissements ne m'ont point réussi.
  13. L'image de Cloris tous mes desseins dissipe,
  14. Et si peu qu'autre part mon âme s'émancipe,
  15. Un sacré souvenir de ses beaux yeux absents,
  16. À leur premier objet fait revenir mes sens.
  17. Lorsque plus un désir de liberté me presse,
  18. Amour, ce confident rusé de ma Maîtresse,
  19. Lui qui n'a point de foi, me fait ressouvenir
  20. Que j'ai donné la mienne et qu'il la faut tenir.
  21. Il me fait un serment qu'il a mis mon Idée
  22. Dans le coeur de ma Dame et qu'elle l'a gardée,
  23. Me fait imaginer, mais bien douteusement,
  24. Qu'elle aura soupiré de mon éloignement,
  25. Et que bientôt si l'Art peut suivre la Nature,
  26. Sa Beauté me doit faire un don de sa peinture.
  27. Cela me perce l'âme avec un trait si cher
  28. Qu'il me fait recevoir le feu sans me fâcher,
  29. Cela remet mon coeur sur ses premières traces,
  30. Me fait revoir Cloris avecque tant de grâces,
  31. Me rengage si bien que je me sens heureux,
  32. Quoiqu'avec tant de mal, d'être encore Amoureux.
  33. Je sais bien qu'elle m'aime, et cet Amour fidèle
  34. Demande avec raison que je dépende d'elle,
  35. Et si notre destin par de si fermes lois
  36. Prescrit aux plus heureux de mourir une fois,
  37. Qu'un autre ambitieux se consume à la guerre,
  38. Et meure dans le soin de conquérir la terre,
  39. Pour moi quand il faudra prendre congé du jour,
  40. Puisque Cloris le veut, je veux mourir d'Amour.

 

Extrait du corrigé :

 Théophile de Viau (1590-1626) : poète et dramaturge baroque français, connu pour ses poèmes licencieux et son athéisme.

NB : Bien qu’un moment protégé du roi Louis XIII, il a dû se convertir au catholicisme, et vivre longtemps caché suite à des peines d’exil prononcées contre lui. Il a en effet été accusé à tort d’avoir publié des poèmes obscènes. On lui reprochait en fait ses croyances très libres et son homosexualité.

 

Élégie > poème lyrique, de longueur et de forme variables caractérisé par son ton plaintif particulièrement adapté à l’évocation d’un mort ou à l’expression d’une souffrance amoureuse due à un abandon ou à une absence.

 

« J'ai fait ce que j'ai pu pour m'arracher de l'âme » :

- 40 alexandrins.

- Rimes suivies, du type AABB.

- Titre qui évoque la violence et la passion > cf. baroque.

 

I- Le poète contre la passion 

            A- Une passion naissante

• Poète qui parle en son nom.

• Lyrisme. Nombreuses marques de 1e personne.

=> Poète qui perçoit. Poète qui est au cœur du poème.

• Isotopie de la passion.

- Ex : « ma naissante flamme » ; « mes Amours » ; « d'Amour »...

- Cf. le champ lexical de la violence. Ex : « fureur » ; « m'arracher de » ; « cruel »…

- « L'importune fureur de ma naissante flamme » : 6/6. Allitération en [f] et en [m]. Mise en relief de « importune » car le « e » est prononcé. Idem pour « naissante ». Opposition entre « fureur » qui connote la grande violence et « naissante » qui évoque le début, la fragilité du sentiment…

• Passion qui est perçue sous un angle négatif. Cf. « pour m'arracher de l'âme » ; « L'importune fureur »…