fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Théophile de VIAU, « L'autre jour inspiré d'une divine flamme ». | Commentaires composés

Commentaires composés

Théophile de VIAU, « L'autre jour inspiré d'une divine flamme ».

 Théophile de VIAU, « L'autre jour inspiré d'une divine flamme ».

 

Sonnet

  1. L'autre jour inspiré d'une divine flamme,
  2. J'entrai dedans un temple, où tout religieux,
  3. Examinant de près mes actes vicieux,
  4. Un repentir profond fit soupirer mon âme.

 

  1. Tandis qu'à mon secours tous les Dieux je réclame,
  2. Je vois venir Phyllis : quand j'aperçus ses yeux,
  3. Je m'écriai tout haut : ce sont ici mes Dieux,
  4. Ce Temple, et cet Autel appartient à ma Dame.

 

  1. Les Dieux injuriés de ce crime d'Amour
  2. Conspirent par vengeance à me ravir le jour ;
  3. Mais que sans plus tarder leur flamme me confonde.

 

  1. Ô mort, quand tu voudras je suis prêt à partir ;
  2. Car je suis assuré que je mourrai martyr,
  3. Pour avoir adoré le plus bel oeil du monde.

 

Extrait du corrigé :

Théophile de Viau (1590-1626) : poète et dramaturge baroque français, connu pour ses poèmes licencieux et son athéisme.

NB : Bien qu’un moment protégé du roi Louis XIII, il a dû se convertir au catholicisme, et vivre longtemps caché suite à des peines d’exil prononcées contre lui. Il a en effet été accusé à tort d’avoir publié des poèmes obscènes. On lui reprochait en fait ses croyances très libres et son homosexualité.

 

« L'autre jour inspiré d'une divine flamme ».

Sonnet > forme fixe composée de quatorze vers de 14 alexandrins, organisés en deux quatrains à rimes identiques embrassées (ABBA ABBA) + de deux tercets.

Rimes du type CCD, EED dans les tercets > sonnet italien ou marotique.

Alternance respectée entre les rimes féminines (qui se terminent par –e, -es, -ent) et les rimes masculines.

 

Poème qui oppose le culte de Dieu au culte de la femme.

 

I- Le culte du poète 

            A- Le poète et le repentir

• Le poète se repend.

Assonance en [i] qui parcourt la 1e strophe. Cf. « inspiré ; divine ; religieux ; Examinant ; vicieux ; repentir ; fit soupirer »…

• Poète qui raconte un épisode de sa vie. Cf. « L'autre jour » + marques de 1e personne.

• Champ lexical de la religion. Ex : « tout religieux » ; « un temple, » ; « divine flamme » ; « Un repentir » ; « mon âme »…

Cf. « inspiré d’une divine flamme » > phrase qui peut étonner de la part d’un poète athée… Assonance en [i]

Cf. « mon âme » qui est à la rime avec « divine flamme ».

• Poète qui réfléchit sur sa vie et se repend.

- Jugement moral (et religieux) qu’il porte sur son existence. Cf. « mes actes vicieux » ; « Un repentir profond » ; « soupirer mon âme »…

- « Tandis qu'à mon secours tous les Dieux je réclame » > poète qui demande la pénitence… Hyperbole « tous les Dieux ».

NB : cela est aussi une offense au Dieu catholique car celui-ci est unique (et donc, pas la peine, normalement, d’appeler plusieurs Dieux…).