fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Baudelaire, Les Fleurs du mal, « Les Aveugles ». | Commentaires composés | Baudelaire | Poésie

Commentaires composés | Baudelaire | Poésie

Baudelaire, Les Fleurs du mal, « Les Aveugles ».

  

  1. Contemple-les, mon âme; ils sont vraiment affreux !
  2. Pareils aux mannequins; vaguement ridicules;
  3. Terribles, singuliers comme somnambules;
  4. Dardant on ne sait où leurs globes ténébreux.

 

  1. Leurs yeux, d’où la divine étincelle est partie,
  2. Comme s’ils regardaient au loin, restent levés,
  3. Au ciel; on ne les voit jamais vers les pavés
  4. Pencher rêveusement leur tête appesantie.

 

  1. Ils traversent ainsi le noir illimité,
  2. Ce frère du silence éternel. Ô cité !
  3. Pendant qu'autour de nous tu chantes, ris & beugles,

 

  1. Éprise du plaisir jusqu'à l'atrocité,
  2. Vois, je me traîne aussi ! mais, plus qu’eux hébété,
  3. Je dis : Que cherchent-ils au Ciel, tous ces aveugles ?

 

Extrait du corrigé :

Charles Baudelaire : poète né à Paris le 9 avril 1821 et mort le 31 août 1867.  

Baudelaire : poète très important dans la poésie française => est au carrefour de la « tradition » et de la modernité poétique. Héritage classique, romantique (temps qui passe, angoisse, importance du moi… + très nombreux alexandrins, le vers hugolien par excellence, etc.) + tendance des Parnassiens : la beauté, la perfection du texte. Poèmes réguliers et souvent à forme fixe. Cf. ses très nombreux sonnets et ses pantoums.

Poète controversé et violemment attaqué de son vivant, Charles Baudelaire devient le modèle de très nombreux poètes qui s’engageront dans la voie qu’il avait ouverte. Il est considéré comme « le vrai Dieu » par Rimbaud,  « le plus important des poètes » par Valéry…

 

Les Fleurs du mal : recueil de Baudelaire, peu apprécié lors de sa parution mais dorénavant célèbre et très reconnu, divisé en six parties : « Spleen et idéal », « Tableaux parisiens », « Le Vin », « Fleurs du mal », « Révolte » et « La Mort ». Ces « fleurs maladives » sont dédiées au poète Théophile Gautier, sacré « parfait magicien ès lettres françaises » et « poète impeccable », selon les propres dires de Baudelaire.

En 1857, Auguste Poulet-Malassis publie le recueil mais il est poursuivi pour « offense à la morale religieuse » et « outrage à la morale publique et aux bonnes mœurs ». Baudelaire et son éditeur sont condamnés et six poèmes sont supprimés pour délit d’outrage à la morale publique.

 

« Les Aveugles » :

Sonnet > forme fixe composée de quatorze vers de 14 alexandrins, organisés en deux quatrains à rimes embrassées (ABBA) + de deux tercets.

NB : les rimes embrassées des quatrains ne sont pas identiques (sonnet irrégulier).

Rimes du type CCD, EED dans les tercets > sonnet italien ou marotique.

Alternance respectée entre les rimes féminines (qui se terminent par –e, -es, -ent) et les rimes masculines.

 

I- Les aveugles 

            A- Strophe 1. Des êtres singuliers, à part.

• Vers 1 : 6/6.

- Le poète s’adresse à quelqu’un ou à lui-même. Cf. l’apostrophe « mon âme ».

- « Contemple-les » > importance du regard. Opposition entre « contemple » qui suggère que le spectacle sera beau et « affreux ».

- « ils sont vraiment affreux ! » > Hémistiche qui est un constat très direct. Exclamation pleine de dégoût.

NB : le « ils » n’est expliqué que grâce au titre du poème, les « Aveugles ».

• Aveugles qui sont présentés de manière très négative.

- Cf. « Terribles » ; « ridicules » ; « singuliers » > êtres peu admirables.

- Cf. les comparaisons. « Pareils aux mannequins » > sorte d’automates. « singuliers comme somnambules ». Par les comparaisons, le poète semble ne pas conférer de réflexion aux aveugles. Agissent comme s’ils ne pensaient pas.

• « Dardant on ne sait où leurs globes ténébreux ». Problème de leur regard.

« leurs globes ténébreux » : évoque les yeux des infirmes. « ténébreux » : image qui rend compte de la couleur, de l’aspect des yeux des aveugles…

• Incertitude de ce qu’ils font, pensent, regardent. Cf. « Dardant on ne sait » ; « singulier ».

Cela est aussi souligné par l’assonance en [an]. Ex : « contemple » ; « vraiment » ; « vaguement » ; « dardant »…