fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Albert Cohen, Belle du Seigneur, « Il raccrocha, se tourna vers elle. — Sache, ô cousin chéri... | Commentaires composés | Cohen | roman

Commentaires composés | Cohen | roman

Albert Cohen, Belle du Seigneur, « Il raccrocha, se tourna vers elle. — Sache, ô cousin chéri...

Albert Cohen, Belle du Seigneur – Il raccrocha, se tourna vers elle

 

Il raccrocha, se tourna vers elle. — Sache, ô cousin chéri, que le dixième manège est justement la mise en concurrence. Panurgise1-la donc sans tarder, dès le premier soir. Arrange-toi pour lui faire savoir, primo que tu es aimé par une autre, terrifiante de beauté, et secundo que tu as été sur le point d'aimer cette autre, mais que tu l'as rencontrée, elle, l'unique, l'idiote de grande merveille, ce qui est peut-être vrai, d'ailleurs. Alors, ton affaire sera en bonne voie avec l'idiote, kleptomane comme toutes ses pareilles.

 

"Et maintenant elle est mûre pour le dernier manège, la déclaration. Tous les clichés que tu voudras, mais veille à ta voix et à sa chaleur. Un timbre grave est utile. Naturellement lui faire sentir qu'elle gâche sa vie avec son araignon officiel, que cette existence est indigne d'elle, et tu la verras alors faire le soupir du genre martyre. C'est un soupir spécial, par les narines, et qui signifie ah si vous saviez tout ce que j'ai enduré avec cet homme, mais je n'en dis rien car je suis distinguée et d'infinie discrétion. Tu lui diras naturellement qu'elle est la seule et l'unique, elles y tiennent aussi, que ses yeux sont ouvertures sur le divin, elle n'y comprendra goutte mais trouvera si beau qu'elle fermera lesdites ouvertures et sentira qu'avec toi ce sera une vie constamment déconjugalisée1. Pour faire bon poids, dis-lui aussi qu'elle est odeur de lilas et douceur de la nuit et chant de la pluie dans le jardin. Du parfum fort et bon marché. Tu la verras plus émue que devant un vieux lui parlant avec sincérité. Toute la ferblanterie2, elles avalent tout pourvu que voix violoncellante. Vas-y avec violence afin qu'elle sente qu'avec toi ce sera un paradis de charnelleries1 perpétuelles, ce qu'elles appellent vivre intensément. Et n'oublie pas de parler de départ ivre vers la mer, retiens bien ces cinq mots. Leur effet est miraculeux. Tu verras alors frémir la pauvrette. Choisir pays chaud, luxuriances, soleil, bref association d'idées avec rapports physiques réussis et vie de luxe. Partir est le maître mot, partir est leur vice. Dès que tu lui parles de départ, elle ferme les yeux et elle ouvre la bouche. Elle est cuite et tu peux la manger à la sauce tristesse. C'est fini. Voici la nomination de votre mari. Aimez-le, donnez-lui de beaux enfants. Adieu, madame. [...] »

 

 Extrait du corrigé :

Albert Cohen : auteur suisse romand d'expression française, il est né à Corfou, 16 août 1895 et est mort à Genève le 17 octobre 1981. Poète, écrivain et dramaturge, son œuvre a été fortement influencée par ses racines juives.

 

Belle du Seigneur : roman publié en 1968 qui constitue le troisième volet d'une tétralogie commençant avec Solal (1930) et Mangeclous (1938), s'achevant avec Les Valeureux en 1969 (roman qui, à l'origine, faisait partie intégrante de Belle du Seigneur).

Ce roman considéré comme le chef-d'œuvre de l'écrivain a été couronné par le Grand prix du roman de l'Académie française.

 

Le récit se déroule en Europe, durant l'Entre-deux-guerres et raconte la vie de Solal, né dans une famille juive de la petite île de Céphalonie. Jeune, beau, mystérieux, d'une intelligence rare, il n'a aucun mal à séduire les femmes qui l'entourent, mais un jour, il découvre une sublime jeune femme, Ariane, femme d'Adrien Deume, son subordonné à la SDN, et en tombe follement amoureux…

 

 

1 « panurgise », « déconjugalisée », « charnelleries » : néologismes.

2 « ferblanterie » : synonyme de la quincaillerie (—› cliché).

 

 

I- Un discours intérieur :

              A- Un discours

• Le narrateur, Solal, se parle à lui-même.

1e phrase > « Il raccrocha, se tourna vers elle » : récit « traditionnel » (3e personne du singulier, passé simple). Puis discours intérieur => grande présence des marques de 2e personne du singulier > 10 « tu » ; 1 « ton » ; 3 « toi ».

+ présence de « elle », la femme (16 « elle »).

=> Tout le thème de l’extrait tourne autour de la séduction de la femme.

Cf. tout le champ lexical de la conquête amoureuse et de l’ « amour » : « beauté ; la déclaration ; aimer… ».