fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Pourquoi l'oeuvre de Voltaire, Candide, est-elle un conte ? | Dissertations | Voltaire | Conte philosophique

Dissertations | Voltaire | Conte philosophique

Pourquoi l'oeuvre de Voltaire, Candide, est-elle un conte ?

 Extrait du corrigé :

 

Conte ? conte pour enfants ?

Apologue : conte philosophique.

 

I- La fantaisie du conte

              A- La simplicité de Candide

L’intrigue du conte est simple, il n’y a pas à cherche beaucoup pour comprendre.

• Candide : les personnages sont tous bons ou mauvais. Voltaire décrit le parcours d’un jeune homme naïf qui parcourt le monde (voyage initiatique du héros), accompagné de Pangloss son mentor, un philosophe pour qui « tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes ».

• Les personnages sont tous bons ou mauvais. Personnages décrits de manière imagée. Cf. le frère Giroflée est un moine théatin de Venise, ami de Paquette (ont des noms champêtres !) qui est : "frais, potelé, vigoureux".

• Évoquez l’aventure amoureuse de Candide et de Cunégonde au début du livre : reprise du topos (pastiche) de la rencontre amoureuse ou la péripétie qui fait débuter le conte : le héros, propulsé par les “grands coups de pied dans le derrière” est brutalement “chassé du paradis terrestre” pour avoir cru au bonheur avec Mlle Cunégonde !

 

             B- Un conte amusant

=> univers du conte, de l’histoire plaisante où le héros se fait fesser en cadence et où ceux qui meurent peuvent revenir.

• Amusement du lecteur qui lit Candide : Cunégonde devient très laide, on tue des hommes pour des raisons absurdes : on les brûle, on les pend, on les fesse. Au mieux, on les met au cachot après un procès inexistant et des raisons absurdes…

• Jeux de mots sur les nom : Candide est naïf (candide = qui est d'une grande pureté morale / D'une naïveté choquante chez un adulte, un peu niais ; D'une naïveté choquante chez un adulte, un peu niais). M. Vanderdendur, le méchant hollandais qui exploite le « nègre »…). Les Thunder-ten-tronck (allitérations en T qui donnent un aspect méchant ! et totalement ridicule – ce baron incarne d’ailleurs la vanité car il se prend pour un roi alors que son palais n’est qu’un petit domaine). Pococurante (seigneur est très riche mais ne s’intéresse plus à rien ("poco" peu ; " curante " soin).

• Facéties : les quartiers de noblesse…