fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Plutôt que « Britannicus », victime assez insignifiante de Néron et d'Agrippine, Racine aurait dû donner à sa tragédie le nom de l'un ou l'autre des deux monstres qui s'affrontent à travers lui (Néron et Agrippine). Cette opinion vous paraît-elle justifiée ? | Dissertations

Dissertations

Plutôt que « Britannicus », victime assez insignifiante de Néron et d'Agrippine, Racine aurait dû donner à sa tragédie le nom de l'un ou l'autre des deux monstres qui s'affrontent à travers lui (Néron et Agrippine). Cette opinion vous paraît-elle justifiée ?

Extrait du corrigé :

 

I- Le choix du titre 

              A- Le titre « Britannicus »

NB : Britannicus > nom à connotation « romaine » > correspond bien aux tragédies classiques.

• Choix du titre étonnant car Britannicus n’est pas le personnage principal. N’est qu’une victime.

• Surprise du spectateur > s’attend à l’histoire de Britannicus. Or, personnage peu présent sur scène et victime.

=> Questionnement du spectateur : pourquoi ce titre ? Qu’est-ce que cela cache > intérêt, réflexion.

 

              B- Le titre « Néron »

• Cela pourrait sembler plus juste : personnage central.

• Ce sont ses actions qui sont présentées. C’est bien son histoire qui est racontée + Connaissances du spectateur. Néron deviendra vraiment fou, tuera bien sa mère et incendiera Rome. Fin de la pièce : homme presque fou, dangereux => c’est un « monstre naissant » que présente Racine. Étude du personnage, de la folie > étude psychologique, pièce centrée sur Néron.

• Néron => maître absolu, règne sur les autres > compensation à la tyrannie de son amour duquel il est esclave. Se débarrasse de sa mère, de son conseiller Burrhus et de son demi-frère Britannicus, il est le maître du destin de tous les personnages, et comparable à un petit dieu terrestre.