fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Charles BAUDELAIRE, Les Fleurs du mal, « L'examen de minuit ». | Commentaires composés | Baudelaire | Poésie

Commentaires composés | Baudelaire | Poésie

Charles BAUDELAIRE, Les Fleurs du mal, « L'examen de minuit ».

 

  1. La pendule, sonnant minuit,
  2. Ironiquement nous engage
  3. A nous rappeler quel usage
  4. Nous fîmes du jour qui s'enfuit :
  5. Aujourd'hui, date fatidique,
  6. Vendredi, treize, nous avons,
  7. Malgré tout ce que nous savons,
  8. Mené le train d'un hérétique ;

 

  1. Nous avons blasphémé Jésus,
  2. Des Dieux le plus incontestable !
  3. Comme un parasite à la table
  4. De quelque monstrueux Crésus,
  5. Nous avons, pour plaire à la brute,
  6. Digne vassale des Démons,
  7. Insulté ce que nous aimons
  8. Et flatté ce qui nous rebute ;

 

  1. Contristé, servile bourreau
  2. Le faible qu'à tort on méprise ;
  3. Salué l'énorme Bêtise,
  4. La Bêtise au front de taureau ;
  5. Baisé la stupide Matière
  6. Avec grande dévotion,
  7. Et de la putréfaction
  8. Béni la blafarde lumière ;

 

  1. Enfin, nous avons, pour noyer
  2. Le vertige dans le délire,
  3. Nous, prêtre orgueilleux de la Lyre,
  4. Dont la gloire est de déployer
  5. L'ivresse des choses funèbres,
  6. Bu sans soif et mangé sans faim !...
  7. Vite soufflons la lampe, afin
  8. De nous cacher dans les ténèbres !

 

Extrait du corrigé :

 Charles Pierre Baudelaire : poète né à Paris le 9 avril 1821 et mort le 31 août 1867 dans la même ville, et plus précisément rue du Dôme, dans la maison de santé du Dr Duval.

Il est l’auteur des Fleurs du mal, des Petits poèmes en prose mais aussi d’autres œuvres comme sesSalons.

Baudelaire : poète très important dans la poésie française => est au carrefour de la « tradition » et de la modernité poétique. Héritage classique, romantique (temps qui passe, angoisse, importance du moi… + très nombreux alexandrins, le vers hugolien par excellence, etc.). et une tendance des Parnassiens : la beauté, la perfection du texte. Poèmes réguliers et souvent à forme fixe. Cf. ses très nombreux sonnets et ses pantoums.

Poète controversé et violemment attaqué de son vivant, Charles Baudelaire devient le modèle de très nombreux poètes qui s’engageront dans la voie qu’il avait ouverte. Il est considéré comme « le vrai Dieu » par Rimbaud,  « le plus important des poètes » par Valéry…

 

Les Fleurs du mal : recueil de Baudelaire, peu apprécié lors de sa parution mais dorénavant célèbre et très reconnu.

Recueil divisé en six parties : « Spleen et idéal », « Tableaux parisiens », « Le Vin », « Fleurs du mal », « Révolte » et « La Mort ».

 

Ces « fleurs maladives » sont dédiées au poète Théophile Gautier, sacré « parfait magicien ès lettres françaises » et « poète impeccable », selon les propres dires de Baudelaire.

En 1857, Auguste Poulet-Malassis publie le recueil mais il est poursuivi pour « offense à la morale religieuse » et « outrage à la morale publique et aux bonnes mœurs ». À la différence de Flaubert poursuivi la même année pour Madame Bovary qui obtient un non lieu, Baudelaire et son éditeur sont condamnés respectivement à 300 et 100 francs d’amende, et six pièces sont supprimées pour délit d’outrage à la morale publique − il s'agit des poèmes « Les Bijoux », « Le Léthé », « À celle qui est trop gaie », « Lesbos », « Femmes damnées » et « Les Métamorphoses du vampire ».

 

Poème composé de 4 strophes de 8 vers > 4 huitains.

32 octosyllabes.

Rimes embrassées, du type ABBA. Ex : « funèbres ; faim ; afin ; ténèbres ».

NB : À vous d’enrichir ce commentaire de vos propres remarques personnelles.

 

I- Réflexion sur la fuite du temps 

Cf. titre « l’examen de minuit » > réflexion personnelle…

            A- La fuite du temps

• « La pendule » / « Ironiquement nous engage » > personnification.

La pendule = le temps qui passe.

• Obsession du temps qui passe. Cf. « jour qui s'enfuit ».

• Importance de tout ce qui rappelle le temps qui passe.

Ex : « Aujourd'hui » ; « date » ; Vendredi, treize » ; «La pendule »…

• Sorte de mysticisme. Cf. « date fatidique » ; « Vendredi, treize »…