fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Jules Laforgue, Les Complaintes, « Complainte d'un autre dimanche » | Commentaires composés | Laforgue | Poésie

Commentaires composés | Laforgue | Poésie

Jules Laforgue, Les Complaintes, « Complainte d'un autre dimanche »

 Jules Laforgue (1860-1887), Les Complaintes, « Complainte d'un autre dimanche »

 

C'était un très au vent d'octobre paysage,

Que découpe, aujourd'hui dimanche, la fenêtre,

Avec sa jalousie en travers, hors d'usage,

Où sèche, depuis quand ! une paire de guêtres

Tachant de deux mals blancs ce glabre paysage.

 

Un couchant mal bâti suppurant du livide ;

Le coin d'une buanderie aux tulles sales ;

En plein, le Val-de-Grâce, comme un qui préside ;

Cinq arbres en proie à de mesquines rafales

Qui marbrent ce ciel cru de bandages livides.

 

Puis les squelettes des glycines aux ficelles,

En proie à des rafales encor plus mesquines !

Ô lendemains de noce ! ô bribes de dentelles !

Montrent-elles assez la corde, ces glycines

Recroquevillant leur agonie aux ficelles !

 

Ah ! qu'est-ce que je fais, ici, dans cette chambre !

Des vers. Et puis, après ? ô sordide limace !

Quoi ! la vie est unique, et toi, sous ce scaphandre,

Tu te racontes sans fin, et tu te ressasses !

Seras-tu donc toujours un qui garde la chambre ?

 

Ce fut un bien au vent d'octobre paysage…

 

Extrait du corrigé :

 Poème écrit en alexandrins.

- 4 quintiles (strophes de 5 vers) et un vers seul.

- Rimes croisées du type ab ab a. ex « chambre ; limace ; scaphandre ; ressasses ; chambre ».

- Complainte > lyrisme et tragique.

 

Effets de refrains dans le poème. Cf. à la fin des vers du début et de la fin de chaque quintil, le dernier mot qui est identique.

 

L’étude du poème se fera de strophe par strophe.

 

I- Peinture et spleen 

              A- Strophe 1 > Une triste saison

• Automne > « octobre ; vent ; glabre paysage ». NB : chez Laforgue, le vent symbolique la fragilité et la mort. Assonance en A dans cette strophe.

NB : champ lexical de la peinture. Cf. « paysage » qui est répété ; « la fenêtre » (cadre) + cf. les attentions portées aux couleurs, lumières.

• Le poème s’ouvre sur un vers à la structure étrange : « c'était un très au vent ».

• « aujourd'hui dimanche » > souvent le dimanche est un jour d’ennui (pas de travail…).

• Opposition entre l’imparfait « c’était » vers 1 (> passé) et « aujourd’hui » (> présent).

=> Spleen du poète.