fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Corneille, Le Cid, acte V, scène 7. | Commentaires composés | Corneille | Théâtre

Commentaires composés | Corneille | Théâtre

Corneille, Le Cid, acte V, scène 7.

 L’infante

Sèche tes pleurs, Chimène, et reçois sans tristesse

Ce généreux vainqueur des mains de ta princesse.

 

Don Rodrigue

Ne vous offensez point, sire, si devant vous

Un respect amoureux me jette à ses genoux.

Je ne viens point ici demander ma conquête :

Je viens tout de nouveau vous apporter ma tête,

Madame ; mon amour n’emploiera point pour moi

Ni la loi du combat, ni le vouloir du roi.

Si tout ce qui s’est fait est trop peu pour un père,

Dites par quels moyens il vous faut satisfaire.

Faut-il combattre encor mille et mille rivaux,

Aux deux bouts de la terre étendre mes travaux,

Forcer moi seul un camp, mettre en fuite une armée,

Des héros fabuleux passer la renommée ?

Si mon crime par là se peut enfin laver,

J’ose tout entreprendre, et puis tout achever :

Mais si ce fier honneur, toujours inexorable,

Ne se peut apaiser sans la mort du coupable,

N’armez plus contre moi le pouvoir des humains :

Ma tête est à vos pieds, vengez-vous par vos mains ;

Vos mains seules ont droit de vaincre un invicible ;

Prenez une vengeance à tout autre impossible ;

Mais du moins que ma mort suffise à me punir.

Ne me bannissez point de votre souvenir ;

Et, puisque mon trépas conserve votre gloire,

Pour vous en revancher conservez ma mémoire,

Et dites quelquefois, en déplorant mon sort :

« S’il ne m’avait aimée, il ne serait pas mort. »

 

Chimène

Relève-toi, Rodrigue. Il faut l’avouer, sire,

Je vous en ai trop dit pour m’en vouloir dédire.

Rodrigue a des vertus que je ne puis haïr :

Et quand un roi commande, on lui doit obéir.

Mais, à quoi que déjà vous m’ayez condamnée,

Pourrez-vous à vos yeux souffrir cet hyménée ?

Et quand de mon devoir vous voulez cet effort,

Toute votre justice en est-elle d’accord ?

Si Rodrigue à l’État devient si nécessaire,

De ce qu’il fait pour vous dois-je être le salaire,

Et me livrer moi-même au reproche éternel

D’avoir trempé mes mains dans le sang paternel ?

 

Don Fernand

Le temps assez souvent a rendu légitime

Ce qui semblait d’abord ne se pouvoir sans crime.

Rodrigue t’a gagnée, et tu dois être à lui.

Mais, quoique sa valeur t’ait conquise aujourd’hui,

Il faudrait que je fusse ennemi de ta gloire

Pour lui donner sitôt le prix de sa victoire.

Cet hymen différé ne rompt point une loi

Qui, sans marquer de temps, lui destine ta foi.

Prends un an, si tu veux, pour essuyer tes larmes.

Rodrigue, cependant il faut prendre les armes.

Après avoir vaincu les Maures sur nos bords,

Renversé leurs desseins, repoussé leurs efforts,

Va jusqu’en leur pays leur reporter la guerre,

Commander mon armée et ravager leur terre.

À ce nom seul de Cid ils trembleront d’effroi ;

Ils t’ont nommé seigneur, et te voudront pour roi.

Mais parmi tes hauts faits sois-lui toujours fidèle ;

Reviens-en, s’il se peut, encor plus digne d’elle ;

Et par tes grands exploits, fais-toi si bien priser

Qu’il lui soit glorieux alors de t’épouser.

 

Don Rodrigue

Pour posséder Chimène, et pour votre service,

Que peut-on m’ordonner que mon bras n’accomplisse ?

Quoi qu’absent de ses yeux il me faille endurer,

Sire, ce m’est trop d’heur de pouvoir espérer.

 

Don Fernand

Espère en ton courage, espère en ma promesse ;

Et possédant déjà le cœur de ta maîtresse,

Pour vaincre un point d’honneur qui combat contre toi,

Laisse faire le temps, ta vaillance et ton roi.

 

Extrait du corrigé :

Le Cid est une tragi-comédie en vers de Pierre Corneille, représentée pour la première fois en décembre 1636 ou en janvier 1637 par la troupe du Marais.

Pièce qui a un grand succès mais qui suscite de très vives réactions négatives. Cf. La « Querelle duCid ».

 

=> Dénouement d’une tragi-comédie.

Dans la scène précédente, le roi  a ordonné à Chimène d’épouser Rodrigue.

 

I- L’humilité et le courage du Cid 

            A- Un homme soumis

• Rodrigue > se montre très humble malgré toutes ses victoires. Reste soumis à la volonté de Chimène.

NB : Don Rodrigue est le fils de Don Diègue et l’amant de Chimène. Le Cid est un surnom de guerre qui ne sera rappelé qu’aux actes IV et V et uniquement par le roi et l’Infante.

• Oppositions « je ne viens point » / « je viens » ; « point ici demander ma conquête » / « vous apporter ma tête » => il ne veut pas s’imposer à Chimène.

• Veut que Chimène seule décide. Ex : « Ni la loi du combat, ni le vouloir du roi » > parallélisme avec « ni ». Volonté de Chimène au dessus de tout, supérieure à « loi du combat » > honneurs… et « vouloir du roi ».

• « Si mon crime par là se peut enfin laver » => n’oublie pas l’affront qu’il a fait à Chimène.

• Est soumis à sa bien-aimée. Cf. « Ma tête est à vos pieds ».