fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Joachim Du Bellay, Les Antiquités de Rome, « Nouveau venu, qui cherches Rome en Rome ». | Commentaires composés | Du Bellay | Poésie

Commentaires composés | Du Bellay | Poésie

Joachim Du Bellay, Les Antiquités de Rome, « Nouveau venu, qui cherches Rome en Rome ».

 Nouveau venu, qui cherches Rome en Rome

Et rien de Rome en Rome n'aperçois,

Ces vieux palais, ces vieux arcs que tu vois,

Et ces vieux murs, c'est ce que Rome on nomme.

 

Vois quel orgueil, quelle ruine : et comme

Celle qui mit le monde sous ses lois,

Pour dompter tout, se dompta quelquefois,

Et devint proie au temps, qui tout consomme.

 

Rome de Rome est le seul monument,

Et Rome Rome a vaincu seulement.

Le Tibre seul, qui vers la mer s'enfuit,

 

Reste de Rome. Ô mondaine inconstance !

Ce qui est ferme, est par le temps détruit,

Et ce qui fuit, au temps fait résistance. 

 

 

Extrait du corrigé :

Sonnet du Du Bellay.

2 quatrains, 2 tercets.

Rimes embrassées du type abba dans les quatrains.

14 dizains.

NB : au XVIe siècle, grande importance de Rome, de l’Antiquité et de ses vestiges.

Du Bellay écrit Les Antiquités de Rome au retour d’un séjour dans cette capitale.

 

I- Rome 

Rome est le centre du sonnet.

            A- Déception

• « Nouveau venu » > interpelle le voyageur (le néophyte).

• Étonnant > au lieu de vanter la splendeur de la ville évoque la déception du voyageur qui découvre la ville mythique. « Et rien de Rome en Rome n'aperçois ».

• Paradoxe : « c'est ce que Rome on nomme » > on s’attendrait à des caractérisations mélioratives.

• Le poète semble faire visiter la ville. Cf. les présentatifs « Ces vieux » > répétés  fois + « que tu vois » ; « Vois » > semble guider, montrer au voyageur.

• Vieillesse de la ville. « « vieux palais » ; « vieux arcs » ; « vieux murs ».