fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Joachim Du Bellay, Les Antiquités de Rome, « Que n'ai-je encor la harpe thracienne ». | Commentaires composés | Du Bellay | Poésie

Commentaires composés | Du Bellay | Poésie

Joachim Du Bellay, Les Antiquités de Rome, « Que n'ai-je encor la harpe thracienne ».

  

  1. Que n'ai-je encor la harpe thracienne,
  2. Pour réveiller de l'enfer paresseux
  3. Ces vieux Césars, et les ombres de ceux
  4. Qui ont bâti cette ville ancienne ?

 

  1. Ou que je n'ai celle amphionienne,
  2. Pour animer d'un accord plus heureux
  3. De ces vieux murs les ossements pierreux,
  4. Et restaurer la gloire ausonienne ?

 

  1. Pussé-je au moins d'un pinceau plus agile
  2. Sur le patron de quelque grand Virgile
  3. De ces palais les portraits façonner :

 

  1. J'entreprendrais, vu l'ardeur qui m'allume,
  2. De rebâtir au compas de la plume
  3. Ce que les mains ne peuvent maçonner.

 

Extrait du corrigé :

 • Sonnet de Du Bellay. 25e poème de son recueil Les Antiquités de Rome de 1558 > dans ce recueil, Du Bellay se livre à une quête de la Rome païenne, mais surtout à une méditation sur le destin des empires.

• 2 quatrains, 2 tercets => 14 décasyllabes. Rimes embrassées dans les quatrains. 2 premières rimes suivies dans les tercets.

• Passage de l’éloge de l’Antiquité (2 quatrains) > création poétique (2 tercets).

 

I- L’éloge de l’Antiquité 

            A- Références à la Rome antique

• Montrez que ce poème est parsemé de références à la Rome antique. Cf. « ces vieux Césars » > référence à l’empereur du même nom.

• « cette ville ancienne » = Rome ; « Et restaurer la gloire ausonienne » > celle de l’Italie.

• Évocation de cette ville et de son architecture : « Qui ont bâti » ; « ces vieux murs » ; « les ossements pierreux » ; « ville »…

NB : antithèse vie / mort. Cf. « Pour animer » / « les ossements ».