fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Alfred Jarry, Ubu Roi, 1896. Acte III, scène 2. | Commentaires composés

Commentaires composés

Alfred Jarry, Ubu Roi, 1896. Acte III, scène 2.

 Alfred Jarry, Ubu Roi, 1896. Acte III, scène 2.

 

Scène 2

La grande salle du palais.

PÈRE UBU, MÈRE UBU, OFFICIERS et SOLDATS ; GIRON*, PILE*, COTICE*, NOBLES enchaînés, FINANCIERS, MAGISTRATS, GREFFIERS.

 

*Trois "palatins", hommes de main d'Ubu.

 

PERE UBU - Apportez la caisse à Nobles et le crochet à Nobles et le couteau à Nobles et le bouquin à Nobles ! ensuite, faites avancer les Nobles.

 

On pousse brutalement les Nobles.

 

MERE UBU - De grâce, modère-toi, Père Ubu.

PERE UBU - J'ai l'honneur de vous annoncer que pour enrichir le royaume je vais faire périr tous les Nobles et prendre leurs biens.

NOBLES - Horreur ! à nous, peuple et soldats ! .

PERE UBU - Amenez le premier Noble et passez-moi le crochet à Nobles. Ceux qui seront condamnés à mort, je les passerai dans la trappe, ils tomberont dans les sous-sols du Pince- Porc1 et de la Chambre à sous2, où on les décervellera. (Au Noble) Qui es-tu, bouffre ?

LE NOBLE - Comte de Vitepsk3.

PERE UBU - De combien sont tes revenus ?

LE NOBLE - Trois millions de rixdales.

PERE UBU - Condamné !

 

Il le prend avec le crochet et le passe dans le trou.

 

MERE UBU - Quelle basse férocité !

PERE UBU - Second Noble, qui es-tu ? (Le Noble ne répond rien.) Répondras-tu, bouffre ?

LE NOBLE - Grand-duc de Posen4.

PERE UBU - Excellent ! excellent ! Je n'en demande pas plus long. Dans la trappe. Troisième Noble, qui es-tu ? tu as une sale tête.

LE NOBLE - Duc de Courlande5, des villes de Riga, de Revel et de Mitau.

PERE UBU - Très bien ! très bien ! Tu n'as rien autre chose ?

LE NOBLE - Rien.

PERE UBU - Dans la trappe, alors. Quatrième Noble, qui es-tu ?

LE NOBLE - Prince de Podolie6.

PERE UBU - Quels sont tes revenus ?

LE NOBLE - Je suis ruiné.

PERE UBU - Pour cette mauvaise parole, passe dans la trappe. Cinquième Noble, qui es-tu ?

LE NOBLE - Margrave de Thom, palatin de Polock7.

PERE UBU - Ça n'est pas lourd. Tu n'as rien autre chose ?

LE NOBLE - Cela me suffisait.

PERE UBU - Eh bien ! mieux vaut peu que rien. Dans la trappe. Qu'as-tu à pigner, Mère Ubu ?

MERE UBU - Tu es trop féroce, Père Ubu.

PERE UBU - Eh ! je m'enrichis. Je vais faire lire MA liste de MES biens. Greffier, lisez MA liste de MES biens.

LE GREFFIER - Comté de Sandomir.

PERE UBU - Commence par les principautés, stupide bougre !

LE GREFFIER - Principauté de Podolie, grand-duché de Posen, duché de Courlande, comté de Sandomir, comté de Vitepsk, palatinat de Polock, margraviat de Thorn.

PERE UBU - Et puis après ?

LE GREFFIER - C'est tout.

PERE UBU - Comment, c'est tout ! Oh bien alors, en avant les Nobles, et comme je ne finirai pas de m'enrichir, je vais faire exécuter tous les Nobles, et ainsi j'aurai tous les biens vacants. Allez, passez les Nobles dans la trappe.

 

On empile les Nobles dans la trappe.

 

1-2 : Jeux de mots désignant les cellules de prison.

3-4-5-6-7 : Tous les titres nobiliaires cités ont existé

 

 

Extrait du corrigé :

Ubu roi : pièce de théâtre d'Alfred Jarry appartenant au cycle d'Ubu représentée pour la première fois le 10 décembre 1896.

 

Cette pièce est considérée comme précurseur du mouvement surréaliste et du théâtre de l'absurde. Jarry y mêle provocation, absurde, farce, parodie et humour gras.

 

Jarry s’est inspiré pour son personnage du Père Ubu de monsieur Hébert, son professeur de physique au lycée de Rennes. Ses élèves avaient l'habitude de lui inventer des aventures rocambolesques sous le nom du P. H. (Père Hébert) > humour potache.

 

Poussé par sa femme, le père Ubu vient de prendre le pouvoir en Pologne, avec l'aide de Bordure, le capitaine des gardes. Après avoir juré de garder le secret, les conjurés sont passés à l'action au cours d'une parade militaire. Ubu a « coupé en deux comme des saucisses» le roi Venceslas et deux de ses fils. Le troisième, Bougrelas, qui était « privé de revues », est parvenu à s'enfuir. Maintenant qu'il est sur le trône, Ubu doit organiser son royaume, rendre la justice, prélever les impôts. Il a des méthodes très personnelles.

 

Pièce qui met en scène le père Ubu, un roi cruel et despotique.

 

=> Scène terrible et comique.

 

I- Une scène de comédie 

            A- Un despote vulgaire

• Le père Ubu est le roi, qui trône  dans « La grande salle du palais » => prend les décisions, organise la politique du pays, etc.

Pourtant, il n’a pas du tout l’aura d’un roi, l’allure et la hauteur qui sont souvent reliés à cette haute fonction. Cf. son nom « père Ubu » => « père » : manière populaire, familière de le désigner (VS « Sire » ; « le roi », etc.).

• Le père Ubu s’exprime dans un langage très familier, vulgaire. Il tutoie tout le monde + Cf. le nombre d’insultes qu’il utilise.

Ex : « bouffre » ; « Pince- Porc » ; « stupide bougre » ; « tu as une sale tête »…