fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Émile Zola, Nana, Chapitre 1 - Un murmure grandit comme un soupir qui se gonflait... | Commentaires composés | Zola | Roman - cycle des Rougon-Macquart

Commentaires composés | Zola | Roman - cycle des Rougon-Macquart

Émile Zola, Nana, Chapitre 1 - Un murmure grandit comme un soupir qui se gonflait...

Zola, Nana –  Un murmure grandit comme un soupir qui se gonflait...

 

Un murmure grandit comme un soupir qui se gonflait. Quelques mains battirent, toutes les jumelles étaient fixées sur Vénus. Peu à peu, Nana avait pris possession du public, et maintenant chaque homme la subissait. Le rut qui montait d'elle, ainsi que d'une bête en folie, s'était épandu toujours davantage, emplissant la salle. À cette heure, ses moindres mouvements soufflaient le désir, elle retournait la chair d'un geste de son petit doigt. Des dos s'arrondissaient, vibrant comme si des archets invisibles se fussent promenés sur les muscles, des nuques montraient des poils follets qui s'envolaient, sous des haleines tièdes et errantes, venues on ne savait de quelle bouche de femme. Fauchery voyait devant lui l'échappé du collège que la passion soulevait de son fauteuil. Il eut la curiosité de regarder le comte de Vandeuvres, très pâle, les lèvres pincées, le gros Steiner, dont la face apoplectique crevait, Labordette lorgnant d'un air étonné de maquignon qui admire une jument parfaite, Daguenet dont les oreilles saignaient et il remuaient de jouissance. Puis, un instinct lui fit jeter un coup d'oeil en arrière, et il resta étonné de ce qu'il aperçut dans la loge des Muffat : derrière la comtesse, blanche et sérieuse, le comte se haussait, béant, la face marbrée de taches rouges; tandis que, près de lui, dans l'ombre, les yeux troubles du marquis de Chouard étaient devenus deux yeux de chat, phosphorescents, pailletés d'or.

 

 Extrait du corrigé :

 Nana : 9e roman de la série les Rougon-Macquart de Zola paru en 1880.

 

Roman qui évoque le thème de la prostitution féminine à travers le parcours d’une courtisane dont les charmes ont affolé les plus hauts dignitaires du Second Empire. L’histoire commence en 1868, se situe dans le Paris de la fin du XIXe siècle et met en scène Nana, fille de Gervaise de l’Assommoir et prostituée.

« Le sujet de Nana est celui-ci : Toute une société se ruant sur le cul. Une meute derrière une chienne, qui n'est pas en chaleur et qui se moque des chiens qui la suivent. Le poème des désirs du mâle, le grand levier qui remue le monde » (Émile Zola).

 

Extrait étudié : situé dans le 1e chapitre qui présente le personnage.

Le premier chapitre du roman montre comment Nana, dans le rôle de Vénus, devient elle-même objet de spectacle, puis objet de désir mythique qui séduit et défie le Tout Paris.

 

Muffat : haut dignitaire de l’Empire, pourtant homme chaste et d’une grande piété, que Nana ruinera et humiliera tout au long du roman.

Vandeuvre : homme très attiré par Nana et qui finira par devenir un escroc et se suicider.

 

 

I- L’entrée en scène de Nana 

Nana est ici en scène dans le rôle de Vénus.

            A- Nana capte son public

• Entrée en scène de la jeune femme => effet immédiat sur le public.

Cf. « Un murmure grandit comme un soupir qui se gonflait » : bruit à son entrée.

Regards fixés sur Nana. Cf. « toutes les jumelles étaient fixées sur Vénus » > Vénus = personnage incarnée par Nana. « Toutes les jumelles » > intègre tout le monde…

• « Un murmure grandit » : verbe au passé simple, action brève qui rompt l’imparfait qui était avant. Action qui se détache

• Importance de l’ouie et de la vue.

• « Peu à peu, Nana avait pris possession du public ». Allitération en [p].

Nana envoûte progressivement le public.

« et maintenant chaque homme la subissait » : domine tout le monde, effet très rapide…

• Surprend et plait. Ex : « Labordette lorgnant d'un air étonné de maquignon ».