fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : « Un poème est un mystère dont le lecteur doit chercher la clef » affirme Stéphane Mallarmé. Vous discuterez cette affirmation en vous appuyant sur les oeuvres du corpus, les textes étudiés en classe ainsi que vos connaissances personnelles. | Dissertations

Dissertations

« Un poème est un mystère dont le lecteur doit chercher la clef » affirme Stéphane Mallarmé. Vous discuterez cette affirmation en vous appuyant sur les oeuvres du corpus, les textes étudiés en classe ainsi que vos connaissances personnelles.

 Extrait du corrigé :

Mallarmé conçoit la poésie comme une œuvre obscure qu’il faut déchiffrer.

 

I- La poésie, texte qui est donc parfois difficile à comprendre, obscur

            A- Le propre langage de la poésie

• La syntaxe et le vocabulaire de la poésie sont spécifiques. Ex : onde pour eau ou « sur un arbre perché » pour « perché sur un arbre ».

=> le poème n’est pas un texte qui peut être résumé. Il s’agit surtout d’une alliance de sonorités, d’effets, d’images…

• Le poète crée parfois sa propre langue pour jouer plus librement avec elle. Étrangeté des métaphores symbolistes, « déracinement du langage ». Ex : « la terre est bleue comme une orange ».

• De plus, d’après Mallarmé, il faut : « Donner un sens plus pur aux mots de la tribu […] » => le mot pur ne veut pas dire simple mais plutôt passé au creuset, épuré, loin du sens utilitaire du langage commun. Hermétisme pour saisir la réalité.

 

B- Le propre langage de la poésie

• La littérature a pour but d'exprimer une perception des choses de telle manière que le lecteur la comprenne mais la poésie est particulière en ce sens que le poète crée parfois sa propre langue pour jouer plus librement avec elle.

• Beaucoup de poètes, Baudelaire, Rimbaud, après s’être exprimés en vers ont utilisé la prose. Mais la réduction syntaxique peut être telle qu’on finit pas ne plus rien comprendre.

• Au XXe siècle, les poètes ont tenté de réduire l’arbitraire du signe.

=> La poésie utilise aussi son propre langage : Cf. le « Sonnet des Voyelles » de Rimbaud. La poésie tend à créer un langage qui lui est propre.