fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Zola, L'Assommoir, Chapitre 6 | Commentaires composés | Emile Zola | Roman - cycle des Rougon-Macquart

Commentaires composés | Emile Zola | Roman - cycle des Rougon-Macquart

Zola, L'Assommoir, Chapitre 6

  

Zola, L’Assommoir, chapitre 6.

 

C'était le tour de la Gueule-d’Or. Avant de commencer, il jeta à la blanchisseuse un regard plein d'une tendresse confiante. Puis, il ne se pressa pas, il prit sa distance, lança le marteau de haut, à grandes volées régulières. Il avait le jeu classique, correct, balancé et souple. Fifine, dans ses deux mains, ne dansait pas un chahut de bastringue, les guibolles emportées par-dessus les jupes; elle s'envolait, retombait en cadence, comme une dame noble, l'air sérieux, conduisant quelque menuet ancien. Les talons de Fifine tapaient la mesure, gravement; et ils s'enfonçaient dans le fer rouge, sur la tête du boulon; avec une science réfléchie, d'abord écrasant le métal au milieu, puis le modelant par une série de coups d'une précision rythmée. Bien sûr, ce n'était pas de l'eau-de-vie que la Gueule-d'Or avait dans les veines, c'était du sang, du sang pur, qui battait puissamment jusque dans son marteau, et qui réglait la besogne. Un homme magnifique au travail, ce gaillard-là ! Il recevait en plein la grande flamme de la forge. Ses cheveux courts, frisant sur son front bas, sa belle barbe jaune, aux anneaux tombants, s'allumaient, lui éclairaient toute la figure de leurs fils d'or, une vraie figure d'or, sans mentir. Avec ça, un cou pareil à une colonne, blanc comme un cou d'enfant; une poitrine vaste, large à y coucher une femme en travers ; des épaules et des bras sculptés qui paraissaient copiés sur ceux d'un géant, dans un musée. Quand il prenait son élan; on voyait ses muscles se gonfler, des montagnes de chair roulant et durcissant sous la peau; ses épaules, sa poitrine, son cou enflaient, il faisait de la clarté autour de lui, il devenait beau, tout-puissant, comme un Bon Dieu. Vingt fois déjà, il avait abattu Fifine, les yeux sur le fer, respirant à chaque coup, ayant seulement à ses tempes deux grosses gouttes de sueur qui coulaient.

 

Extrait du corrigé :

Émile Zola (1840-1902) : journaliste, écrivain, considéré comme le chef de file du naturalisme et auteur du fameux cycle des Rougon-Macquart, Histoire naturelle et sociale d'une famille sous le Second Empire. Grand projet regroupant vingt romans, « Les Rougon-Macquart personnifieront l’époque, l’Empire lui-même ».

 

L’Assommoir : septième volume de la série Les Rougon-Macquart, paru d’abord en feuilleton dans leBien public puis la République des Lettres, il est publié en volumes en 1877.

Il décrit le monde des petites gens de Paris et montre les malheurs causés par l’alcoolisme.

Le très grand succès de ce « roman du peuple » permet à Zola d’acheter sa maison de Médan et en fait le héraut du naturalisme.

 

Extrait : Gervaise se rend à l'usine et assiste à un duel de savoir-faire entre Goujet et un autre forgeron, Bec-Salé.

=> Zola évoque donc, décrit le travail manuel > ce qui lui permet à Zola de le célébrer.

 

I- Gueule d’or, un artiste/artisan 

            A- La beauté du geste

• Zola ne met pas en valeur la puissance du geste du forgeron mais le mouvement.

Cf. le champ lexical du rythme. Ex : « grandes volées régulières » ; « lança » ; « elle s'envolait » ; « en cadence » ; « tapaient la mesure » ; « qui réglait » (> comme un métronome)…

=> Zola insiste sur la régularité et la beauté de ses gestes.

• Cf. aussi le champ lexical de la danse => mouvement qui est organisé et beau.

Ex : « menuet ancien » ; « la mesure » ; « dansait »…

• Il semble que la Gueule-d’Or et le marteau ne font plus qu’un > « c'était du sang, du sang pur, qui battait puissamment jusque dans son marteau »