fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Ronsard, « Hymne à la mort ». | Commentaires composés | Ronsard | Poésie

Commentaires composés | Ronsard | Poésie

Ronsard, « Hymne à la mort ».
Que ta puissance, ô Mort, est grande et admirable !...

 « Hymne à la mort ».

 

1.      Que ta puissance, ô Mort, est grande et admirable !

2.      Rien au monde par toi ne se dit perdurable ;

3.      Mais tout ainsi que l'onde à val des ruisseaux fuit

4.      Le pressant coulement de l'autre qui la suit,

5.      Ainsi le temps se coule, et le présent fait place

6.      Au futur importun qui les talons lui trace.

7.      Ce qui fut se refait ; et tout coule comme une eau,

8.      Et rien au-dessous le Ciel ne se voit de nouveau ;

9.      Mais la forme change en une autre nouvelle,

10.  Et ce changement-là, Vivre au monde s'appelle,

11.  Et Mourir, quand la forme en une autre s'en va.

12.  Ainsi, avec Vénus, la nature trouva

13.  Moyen de ranimer par longs et divers changes

14.  La matière restant, tout cela que tu manges ;

15.  Mais notre âme immortelle est toujours en un lieu,

16.  Au change non sujette, assise auprès de Dieu,

17.  Citoyenne à jamais de la ville éthérée

18.  Qu'elle avait si longtemps en ce corps désiré.

19.  Je te salue, heureuse et profitable Mort,

20.  Des extrêmes douleurs, médecin et confort !

21.  Quand mon heure dernière viendra, Déesse je te prie,

22.  Ne me laisse longtemps languir en maladie,

23.  Tourmenté dans un lit ; mais, puisqu'il faut mourir,

24.  Donne-moi que soudain je te puisse encourir,

25.  Ou pour l'honneur de Dieu, ou pour servir mon Prince,

26.  Navré d'une grand'plaie au bord de ma province.

 

 

Extrait du corrigé :

 

  Pierre de Ronsard (1er septembre 1524 - 27 décembre 1585) : poète qui fut l’un des plus importants au XVIe siècle. Appartient, comme son ami Du Bellay, à la Pléiade.

Surnommé le « Prince des poètes et poète des princes », Ronsard a écrit de des poèmes engagés et de la poésie « officielle » dans le contexte des guerres de religions, des épopée et de la poésie lyrique, connue à travers des recueils comme Les Odes (1550-1552) et Les Amours (Les Amours de Cassandre, 1552 - Les Amours de Marie, 1555 - Sonnets pour Hélène ,1578).

Dans ses poèmes lyriques, Ronsard développe les thèmes de la nature et de l’amour, associés aux références de l'Antiquité gréco-latine et à la forme du sonnet.  

 

• 26 alexandrins à rimes suivies (a, a ; b, b ; c, c…).

Rimes riches (« admirable / perdurable ») ; rimes suffisantes (« fuit / suit ; mort / confort ») ; rimes pauvres (« prie / maladie »).

 

NB : la mort est un thème courant au XVIe siècle, présente dans la société (morts infantiles, moins de soins médicaux, guerres de religion…).

Thème de la mort présent chez Ronsard.

 

 

I- L’évolution naturelle 

              A- Thème de la fuite du temps

• « Le pressant coulement » ; « Ainsi le temps se coule » => allitération en « S » + assonance en [an] qui peuvent suggérer cet écoulement.

Métaphore du temps qui passe comme l’eau avec le champ lexical du cours d’eau : « l'onde à val des ruisseaux ; coulement ; coule ; tout coule comme une eau (comparaison) ».

=> Fuite du temps imposée : « pressant ».

• Spectacle des eaux => nostalgie.