fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Quel(s) intérêt(s) le lecteur de romans trouve-t-il à des personnages faibles, médiocres voire méchants ? | Dissertations | roman

Dissertations | roman

Quel(s) intérêt(s) le lecteur de romans trouve-t-il à des personnages faibles, médiocres voire méchants ?

 Extrait du corrigé :

 

On attend souvent du personnage d’un roman qu’il soit un héros > se comporte de manière héroïque et qu’il ne soit ni médiocre, ni ridicule, ni faible.          

Qu’apporte le héros imparfait au roman ?

Pourquoi un lecteur aime-t-il à trouver des personnages médiocres ?

 

I – L’intérêt pour des personnages peu héroïques

            A- L’identification plus aisée

• Lorsque le héros est trop « grand », remarquable, que son cœur est trop pur et son courage trop grand => risque de lasser le lecteur. Problème d’indentification[1].

• Le personnage ridicule, le « non-héros » ou faible séduit le lecteur car il est plus proche de sa vie, voire il a un destin pire (il est plus pauvre, plus mesquin…) – ce qui peut plaire au lecteur qui ressent un sentiment de supériorité face à ce personnage.

• Méchanceté du personnage > la catharsis d’Aristote pourrait aussi entrer en jeu > en voyant un personnage méchant agir, cela « purgerait » de toute méchanceté le lecteur.

• Le lecteur aime lire des histoires où le héros est comme lui, pas toujours parfait.

=> Réalisme. Bardamu n’est pas un soldat glorieux de la Grande Guerre, mais en même temps, nous aussi nous aurions eu peur, très peur à la guerre…

 

            B- La volonté d’être plus proche de la réalité