fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Joachim Du Bellay, Les Antiquités de Rome, « Comme on passe en été le torrent sans danger ». | Commentaires composés | Du Bellay | Poésie

Commentaires composés | Du Bellay | Poésie

Joachim Du Bellay, Les Antiquités de Rome, « Comme on passe en été le torrent sans danger ».

                                                         Comme on passe en été le torrent sans danger,

Qui soulait en hiver être roi de la plaine,

Et ravir par les champs d'une fuite hautaine

L'espoir du laboureur et l'espoir du berger :

 

Comme on voit les couards animaux outrager

Le courageux lion gisant dessus l'arène,

Ensanglanter leurs dents, et d'une audace vaine

Provoquer l'ennemi qui ne se peut venger :

 

Et comme devant Troie on vit des Grecs encor

Braver les moins vaillants autour du corps d'Hector :

Ainsi ceux qui jadis soulaient, à tête basse,

 

Du triomphe romain la gloire accompagner,

Sur ces poudreux tombeaux exercent leur audace,

Et osent les vaincus les vainqueurs dédaigner.

 

 Extrait du corrigé :

Les Antiquités de Rome > dans ce recueil de 1558, Du Bellay se livre à une quête de la Rome païenne, mais surtout à une méditation sur le destin des empires.

Du Bellay : premier poète de la Renaissance qui a consacré à Rome toute une œuvre poétique en français et a utilisé pour cela le sonnet jusqu’alors réservé à l’évocation amoureuse.

 

Sonnet de Du Bellay : 14e du recueil.

14 alexandrins.

Rimes embrassées dans les quatrains, du type ABBA.

Rimes du type CCD, EDE dans les tercets > sonnet français.

Alternance respectée entre les rimes féminines (qui se terminent par –e, -es, -ent) et les rimes masculines.

 

 

I- Choses vues 

            A- Situation

• Poème qui se compose de deux strophes commençant par « Comme on » > anaphore  et « Et comme (…) on ».

• « On » : pronom personnel indéfini. Peut signifier tous les hommes, le poète, nous… Pronom qui permet de rester dans l’indéfini.

• On est témoin. Cf. « passe » ; « voit » ; « vit ».