fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : La Fontaine écrit : « Une morale nue apporte de l'ennui / Le conte fait passer le précepte avec lui ». Vous expliquerez et discuterez cette définition de l'apologue, en vous appuyant sur les textes du corpus et sur d'autres apologues que vous connaissez. | Dissertations | Apologue

Dissertations | Apologue

La Fontaine écrit : « Une morale nue apporte de l'ennui / Le conte fait passer le précepte avec lui ». Vous expliquerez et discuterez cette définition de l'apologue, en vous appuyant sur les textes du corpus et sur d'autres apologues que vous connaissez.

 Extrait du corrigé :

« Une morale nue apporte de l'ennui

Le conte fait passer le précepte avec lui » .

              Ces vers de La Fontaine résument de manière très juste ce qu’est un apologue.

 

L’apologue est un court récit souvent allégorique, une histoire en vers ou en prose, comportant un enseignement ou une morale. Ce terme générique regroupe donc des récits tels les contes philosophiques, les fables, les paraboles, les utopies, les contre utopies…

              Instruire signifie, d’après le Trésor de la Langue française : « Former l’esprit, la personnalité de quelqu’un par une somme de connaissances liées à l’expérience, à la vie, aux événements ».

              Il faut donc se demander si l’apologue, ce court récit plaisant à lire, est capable de faire réfléchir, de former l’esprit du lecteur. Normalement, la réflexion trouve surtout son mode d’expression dans des genres comme l’essai. Un petit récit sympathique à lire peut-il avoir la même force argumentative que de grands textes philosophiques, engagés ? Une fable peut-elle rivaliser avec un essai ? Et si oui, alors il faut se demander comment et pourquoi. Qu’apporte de plus l’apologue, qu’est-ce qui fait la force de ce genre ?

 

I- La fantaisie de l’apologue

              A- des histoires simples

• Une fable est un texte agréable à lire (VS un essai).

La Fontaine : importance accordée au récit. (VS chez Ésope où le récit n’a qu’une fonction secondaire, d’illustration) =>Véritables petites scènes de genre, pittoresques et circonstanciées, le plus souvent teintées d’humour. Jouant sur l’alternance irrégulière de différents mètres (octosyllabes et alexandrins, par exemple), utilisant des effets complexes de rythmes, d’assonances et de rimes, La Fontaine se sert de toutes les ressources de la forme versifiée pour dynamiser le récit, lui donner l’allure naturelle d’un conte, à mi-chemin entre prose et poésie.

« Les Obsèques de la lionne » :          Alternances des octosyllabes et des alexandrins. Verbes d’action à la rime….

 

              B- Le dépaysement, l’amusement