fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Laclos, Les Liaisons dangereuses, lettre I. | Commentaires composés | Laclos | Roman épistolaire

Commentaires composés | Laclos | Roman épistolaire

Laclos, Les Liaisons dangereuses, lettre I.
De Cécile Volanges à Sophie Carnay aux Ursulines de… Tu vois, ma bonne amie, que je te tiens parole, et que les bonnets et les pompons ne prennent pas tout mon temps...

Les Liaisons dangereuses, lettre I.

De Cécile Volanges à Sophie Carnay aux Ursulines de…

 

Tu vois, ma bonne amie, que je te tiens parole, et que les bonnets et les pompons ne prennent pas tout mon temps ; il m’en restera toujours pour toi. J’ai pourtant vu plus de parures dans cette seule journée que dans les quatre ans que nous avons passés ensemble ; et je crois que la superbe Tanville aura plus de chagrin à ma première visite, où je compte bien la demander, qu’elle n’a cru nous en faire toutes les fois qu’elle est venue nous voir dans son in fiocchi. Maman m’a consultée sur tout, et elle me traite beaucoup moins en pensionnaire que par le passé. J’ai une femme de chambre à moi ; j’ai une chambre et un cabinet dont je dispose, et je t’écris à un secrétaire très-joli, dont on m’a remis la clef et où je peux renfermer tout ce que je veux. Maman m’a dit que je la verrais tous les jours à son lever ; qu’il suffisait que je fusse coiffée pour dîner, parce que nous serions toujours seules, et qu’alors elle me dirait chaque jour l’heure où je devrais l’aller joindre l’après-midi. Le reste du temps est à ma disposition, et j’ai ma harpe, mon dessin, et des livres comme au couvent ; si ce n’est que la mère Perpétue n’est pas là pour me gronder, et qu’il ne tiendrait qu’à moi d’être toujours sans rien faire : mais comme je n’ai pas ma Sophie pour causer ou pour rire, j’aime autant m’occuper.

 

Il n’est pas encore cinq heures, et je ne dois aller retrouver maman qu’à sept : voilà bien du temps, si j’avais quelque chose à te dire ! Mais on ne m’a encore parlé de rien ; et sans les apprêts que je vois faire, et la quantité d’ouvrières qui viennent toutes pour moi, je croirais qu’on ne songe pas à me marier, et que c’est un radotage de plus de la bonne Joséphine. Cependant maman m’a dit si souvent qu’une demoiselle devait rester au couvent jusqu’à ce qu’elle se mariât, que puisqu’elle m’en fait sortir, il faut bien que Joséphine ait raison.

 

Il vient d’arrêter un carrosse à la porte, et maman me fait dire de passer chez elle, tout de suite. Si c’était le monsieur ? Je ne suis pas habillée, la main me tremble et le cœur me bât. J’ai demandé à ma femme de chambre si elle savait qui était chez ma mère : Vraiment, m’a-t-elle dit, c’est M. Ch.** Et elle riait ! Oh ! je crois que c’est lui. Je reviendrai sûrement te raconter ce qui se sera passé. Voilà toujours son nom. Il ne faut pas se faire attendre. Adieu, jusqu’à un petit moment.

 

 

Extrait du corrigé :

Pierre Ambroise François Choderlos de Laclos (1741-1803) : militaire, auteur d’une seule œuvre, très célèbre Les Liaisons dangereuses dont l’objectif était de « faire un ouvrage qui sortît de la route ordinaire, qui fît du bruit, et qui retentît encore sur la terre quand j’y aurais passé ».

 

Les Liaisons dangereuses : roman épistolaire écrit en 1782 => narre le duel pervers et libertin de deux membres de la noblesse française du siècle des Lumières, la marquise de Merteuil et le vicomte de Valmont.

 

Première lettre du roman épistolaire de Laclos.

 

I- La lettre d’une jeune fille fraîchement introduite dans le monde 

            A- Lettre à une amie

• Cécile écrit à Sophie Carnay > amitié. Cf. « ma bonne amie » ; « ma Sophie pour causer ou pour rire » + tutoiement.

• Amitié, pensées pour Sophie. Ex : « il m’en restera toujours pour toi ».

• Sophie est la confidente de Cécile. « Je reviendrai sûrement te raconter ce qui se sera passé ».

• Cécile > vient de sortir du couvent.