fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : J.M.G. Le Clézio, Ariane | Commentaires composés | Le Clézio

Commentaires composés | Le Clézio

J.M.G. Le Clézio, Ariane
Au bord du fleuve sec, il y a la cité des HLM. C'est une véritable cité en elle-même...

 J.M.G. Le Clézio, Ariane, in La Ronde et autres faits divers, 1982.

 

Au bord du fleuve sec, il y a la cité des HLM. C'est une véritable cité en elle-même, avec des dizaines d'immeubles, grandes falaises de béton gris debout sur les esplanades de goudron, dans tout le paysage de collines de pierres, de routes, de ponts, avec le lit de galets poussiéreux du fleuve, et l'usine de crémation qui laisse flotter son nuage âcre et lourd au-dessus de la vallée. Ici, on est loin de la mer, loin de la ville, loin de la liberté, loin de l'air même, à cause de la filmée de l'usine de crémation, et loin des hommes, parce que c'est une cité qui ressemble à une ville désertée. Peut-être qu'il n'y a personne en vérité, personne dans ces grands immeubles gris aux milliers de fenêtres rectangulaires, personne dans ces cages d'escalier, dans ces ascenseurs, et personne encore dans ces grands parkings où sont arrêtées les autos ? Peut-être que ces fenêtres et ces portes sont murées, aveuglées, et que plus personne ne peut sortir de ces murs, de ces appartements, de ces caves ? Mais ceux qui vont et viennent entre les grandes murailles grises, hommes, femmes, enfants, chiens parfois, ne sont-ils pas comme des fantômes sans ombre, insaisissables, introuvables, aux yeux vides, perdus dans l'espace sans chaleur, et ils ne peuvent jamais se rencontrer, jamais se trouver, comme s'ils n'avaient pas de vrai nom.

De temps en temps passe une ombre, fuyante entre les murs blancs. On voit le ciel parfois, malgré la brume, malgré l'épais nuage qui descend de la cheminée de l'usine de crémation, à l'ouest. On voit des avions aussi, un instant échappés des nuées, traçant derrière leurs ailes étincelantes de longs filaments cotonneux.

  Mais il n'y a pas d'oiseaux par ici, ni de mouches, ni de sauterelles. Parfois il y a une coccinelle égarée sur les grands parkings de ciment. Elle marche sur le sol, puis elle essaie d'échapper, volant lourdement vers les bacs à fleurs pleins de terre craquelée, où il y a un géranium brûlé. 

 

Extrait du corrigé :

 Jean-Marie Gustave Le Clézio (souvent abrégé J.M.G. Le Clézio) : écrivain né le 13 avril 1940 à Nice et grand voyageur qui parcourt de nombreux pays dans le monde, sur les cinq continents, mais qui vit principalement à Albuquerque (Nouveau Mexique), à Nice et à Paris

 

La Ronde et autres faits divers (1982) : recueil de onze nouvelles qui racontent des événements apparemment  très banals mais qui ont en commun la souffrance humaine (la solitude, la répression, l'injustice…) et l’espoir de rencontrer, dans l'amour et dans la liberté, une merveilleuse douceur.

 

Ariane : nouvelle appartenant au recueil La Ronde et autres faits divers.

=> Quel est le regard particulier que porte le narrateur sur la ville moderne (NB : HLM > terme qui date de 1949) et la pauvreté.

 

I- Un triste lieu 

            A- Un tableau

• Montrez que le narrateur décrit un lieu.

Cf. les verbes de vue et de présentation. Ex : « On voit » ; « On voit » ; « il y a »…

• Description du narrateur. Cf. « il y a la cité des HLM » > comme s’il était un guide, décrit le lieu. Cf. aussi : « Ici » > déictique + l’utilisation du présent => il semble que le narrateur veuille absolument décrire ce lieu comme s’il était présent et qu’il le montre au lecteur….

• « Cité HLM » => explique tout de suite, situe. « HLM » > pauvreté…