fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Albert Camus, Le Malentendu, Acte I, Scène 1. | Commentaires composés | Camus | Théâtre

Commentaires composés | Camus | Théâtre

Albert Camus, Le Malentendu, Acte I, Scène 1.
Midi. La salle commune de l'auberge. Elle est propre et claire. Tout y est net. LA MÈRE. — Il reviendra...

 Midi. La salle commune de l'auberge. Elle est propre et claire. Tout y est net.

 

LA MÈRE. — Il reviendra.

MARTHA. — II te l'a dit ?

LA MÈRE. — Oui. Quand tu es sortie.

MARTHA. — Il reviendra seul ?

LA MÈRE. — Je ne sais pas.

MARTHA. — Est-il riche ?

LA MÈRE. — Il ne s'est pas inquiété du prix.

MARTHA. — S'il est riche, tant mieux. Mais il faut aussi qu'il soit seul.

LA MÈRE, avec lassitude. — Seul et riche, oui. Et alors nous devrons recommencer.

MARTHA. — Nous recommencerons en effet. Mais nous serons payées de notre peine.

Un silence. Martha regarde sa mère.

Mère, vous êtes singulière. Je vous reconnais mal depuis quelque temps.

LA MÈRE. — Je suis fatiguée, ma fille, rien de plus. Je voudrais me reposer.

MARTHA. — Je puis prendre sur moi ce qui vous reste encore à faire dans la maison. Vous aurez ainsi toutes vos journées.

LA MÈRE. — Ce n'est pas exactement de ce repos que je parle. Non, c'est un rêve de vieille femme. J'aspire seulement à la paix, à un peu d'abandon. (Elle rit faiblement.) Cela est stupide à dire, Martha, mais il y a des soirs où je me sentirais presque des goûts de religion.

MARTHA. — Vous n'êtes pas si vieille, ma mère, qu'il faille en venir là. Vous avez mieux à faire.

LA MÈRE. — Tu sais bien que je plaisante. Mais quoi ! À la fin d'une vie, on peut bien se laisser aller. On ne peut pas toujours se raidir et se durcir comme tu le fais, Martha. Ce n'est pas de ton âge non plus. Et je connais bien des filles, nées la même année que toi, qui ne songent qu'à des folies.

MARTHA. — Leurs folies ne sont rien auprès des nôtres, vous le savez.

LA MÈRE. — Laissons cela.

MARTHA, lentement. — On dirait qu'il est maintenant des mots qui vous brûlent la bouche.

LA MÈRE. — Qu'est-ce que cela peut te faire, si je ne recule pas devant les actes ? Mais qu'importe ! Je voulais seulement dire que j'aimerais quelquefois te voir sourire.

MARTHA. — Cela m'arrive, je vous le jure.

LA MÈRE. — Je ne t'ai jamais vue ainsi.

MARTHA. — C'est que je souris dans ma chambre, aux heures où je suis seule.

LA MÈRE, la regardant attentivement. — Quel dur visage est le tien, Martha !

MARTHA, s'approchant et avec calme. — Ne l'aimez-vous donc pas ?

LA MÈRE, la regardant toujours, après un silence. — Je crois que oui, pourtant.

MARTHA, avec agitation. — Ah ! mère ! Quand nous aurons amassé beaucoup d'argent et que nous pourrons quitter ces terres sans horizon, quand nous laisserons derrière nous cette auberge et cette ville pluvieuse, et que nous oublierons ce pays d'ombre, le jour où nous serons enfin devant la mer dont j'ai tant rêvé, ce jour-là, vous me verrez sourire. Mais il faut beaucoup d'argent pour vivre devant la mer. C'est pour cela qu'il ne faut pas avoir peur des mots. C'est pour cela qu'il faut s'occuper de celui qui doit venir. S'il est suffisamment riche, ma liberté commencera peut-être avec lui. Vous a-t-il parlé longuement, mère ?

LA MÈRE. — Non. Deux phrases en tout.

MARTHA. — De quel air vous a-t-il demandé sa chambre ?

LA MÈRE. — Je ne sais pas. Je vois mal et je l'ai mal regardé. Je sais, par expérience, qu'il vaut mieux ne pas les regarder. Il est plus facile de tuer ce qu'on ne connaît pas. (Un temps.) Réjouis-toi, je n'ai pas peur des mots maintenant. [...]

 

Extrait du corrigé :

 Le Malentendu : pièce de théâtre en trois actes écrite par Albert Camus, représentée pour la première fois en 1944, au Théâtre des Mathurins, dans une mise en scène de Marcel Herrand.

 

Camus, en 1957, a écrit dans l’édition américaine du Théâtre au sujet de cette pièce :

« Le Malentendu a été écrit en 1941, en France occupée. Je vivais alors, à mon corps défendant, au milieu des montagnes du centre de la France. Cette situation historique et géographique suffirait à expliquer la sorte de claustrophobie dont je souffrais alors et qui se reflète dans cette pièce. On y respire mal, c'est un fait. Mais nous avions tous la respiration courte en ce temps-là. Il n'empêche que la noirceur de la pièce me gène autant qu'elle a géné le public. Pour l'encourager à aborder la pièce, je proposerai au lecteur : 1°) d'admettre que la moralité de la pièce n'est pas entièrement négative; 2°) de considérer le Malentendu comme une tentative pour créer une tragédie moderne... »

 

 

Il s’agit d’une scène d’exposition => elle doit fournir au spectateur les éléments nécessaires à la compréhension de la situation initiale. Doit présenter l’intrigue (de quoi il s’agit), le contexte (le lieu, le temps) et les personnages. Elle doit être claire, intéressante, « vraisemblable » (surtout dans le théâtre classique) et être, si possible, courte.

 

I- Une scène de famille 

              A- Un début in media res

• Dès le lever du rideau, le spectateur est plongé immédiatement dans une discussion.

• Cf. le dialogue entre les deux personnages.

« Il reviendra ».

« II te l'a dit ? » => les femmes parlent d’un personnage que le spectateur ne connaît pas.

• Intérêt du spectateur pour ce personnage qui est un voyageur qui vient de prendre pension chez elles.