fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Molière, L’École des femmes, acte V, scène 4. | Commentaires composés | Molière | Théâtre

Commentaires composés | Molière | Théâtre

Molière, L’École des femmes, acte V, scène 4.
Arnolphe. Mon pauvre petit bec, tu le peux, si tu veux...

 Arnolphe.

Mon pauvre petit bec, tu le peux, si tu veux.

(Il fait un soupir.)

Écoute seulement ce soupir amoureux,

Vois ce regard mourant, contemple ma personne,

Et quitte ce morveux et l'amour qu'il te donne.

C'est quelque sort qu'il faut qu'il ait jeté sur toi,

Et tu seras cent fois plus heureuse avec moi.

Ta forte passion est d'être brave et leste :

Tu le seras toujours, va, je te le proteste ;

Sans cesse, nuit et jour, je te caresserai,

Je te bouchonnerai, baiserai, mangerai ;

Tout comme tu voudras, tu pourras te conduire :

Je ne m'explique point, et cela, c'est tout dire.

(À part.)

Jusqu'où la passion peut-elle faire aller !

Enfin à mon amour rien ne peut s'égaler :

Quelle preuve veux-tu que je t'en donne, ingrate ?

Me veux-tu voir pleurer ? Veux-tu que je me batte ?

Veux-tu que je m'arrache un côté de cheveux ?

Veux-tu que je me tue ? Oui, dis si tu le veux :

Je suis tout prêt, cruelle, à te prouver ma flamme.

 

Agnès.

Tenez, tous vos discours ne me touchent point l'âme :

Horace avec deux mots en ferait plus que vous.

 

Arnolphe.

Ah ! c'est trop me braver, trop pousser mon courroux.

Je suivrai mon dessein, bête trop indocile,

Et vous dénicherez à l'instant de la ville.

Vous rebutez mes vœux et me mettez à bout ;

Mais un cul de couvent me vengera de tout.

 

Extrait du corrigé :

 L’École des Femmes : comédie de Molière en 5 actes et en vers (1779 dont 1737 alexandrins), créée au Théâtre du Palais-Royal le 26 décembre 1662.

 

M. de La Souche ou Arnolphe est un vieux barbon qui souhaite épouser la jeune Agnès. Obnubilé par la peur d’être cocufié, il l’élève dans la plus grande ignorance…

 

Cette pièce a été écrite l’année du mariage de Molière qui, à quarante ans, avait épousé Armande Béjart, dix-neuf ans, la fille de sa maîtresse, Madeleine > ce qui lui valut de nombreuses attaques et d’être accusé de relations incestueuses.

 

La pièce fait scandale => Molière répond à ses adversaires par La Critique de l'école des femmes.

 

 

              Scène qui se situe dans le dernier acte de la pièce. Horace a remis Agnès entre les mains d’Arnolphe.

Arnolphe tente de se faire aimer d’Agnès.

 

Montrer qu'Arnolphe est à la fois ridicule, pitoyable et audacieux

 

I- Arnolphe, un personnage ridicule 

              A- Un personnage de comédie

• Comique de situation > ne se rend pas compte du peu d’attraits qu’il a. Cf. « Vois ce regard mourant, contemple ma personne » ; « Et tu seras cent fois plus heureuse avec moi » !

• Critique l’amant d’Agnès : « ce morveux » > insulte son rival ! Insulte aussi Agnès : « ingrate » !

• Cf. son vocabulaire amoureux ! : « ce regard mourant » ; « ce soupir amoureux » ; « Je te bouchonnerai, baiserai, mangerai » > rythme ternaire, gradation : hautement comique (cf. vocabulaire ridicule).

• « Sans cesse, nuit et jour, je te caresserai » => le spectateur connaissant le personnage comprend le peu d’entrain d’Agnès et le comique de cette situation (nous sommes dans une comédie, le spectateur souhaite qu’Agnès se marie avec son jeune Horace et qu’Arnolphe soit vite débouté).

∆) Arnolphe est un vieux barbon de comédie, très comique et ridicule dans ses prétentions.