fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Charles-Marie LECONTE DE LISLE, Poèmes barbares, « Les montreurs ». | Commentaires composés | Leconte de Lisle | Poésie

Commentaires composés | Leconte de Lisle | Poésie

Charles-Marie LECONTE DE LISLE, Poèmes barbares, « Les montreurs ».
Tel qu'un morne animal, meurtri, plein de poussière...

        1.                  Tel qu'un morne animal, meurtri, plein de poussière,

2.                  La chaîne au cou, hurlant au chaud soleil d'été,

3.                  Promène qui voudra son coeur ensanglanté

4.                  Sur ton pavé cynique, ô plèbe carnassière !

 

5.                  Pour mettre un feu stérile en ton oeil hébété,

6.                  Pour mendier ton rire ou ta pitié grossière,

7.                  Déchire qui voudra la robe de lumière

8.                  De la pudeur divine et de la volupté.

 

9.                  Dans mon orgueil muet, dans ma tombe sans gloire,

10.              Dussé-je m'engloutir pour l'éternité noire,

11.              Je ne te vendrai pas mon ivresse ou mon mal,

 

12.              Je ne livrerai pas ma vie à tes huées,

13.              Je ne danserai pas sur ton tréteau banal

14.              Avec tes histrions et tes prostituées.

 

Extrait du corrigé :

« Les montreurs ».

Sonnet > forme fixe composée de quatorze vers de 14 alexandrins, organisés en deux quatrains à rimes identiques embrassées  + de deux tercets.

Rimes embrassées dans les quatrains, du type ABBA. Elles sont inversées en BAAB dans le 2e quatrain.

Rimes du type CCD, EDE dans les tercets > sonnet français.

Alternance respectée entre les rimes féminines (qui se terminent par –e, -es, -ent) et les rimes masculines.

 

Durant votre étude, n’oubliez pas de montrez en quoi ce poème relève bien de ce qui deviendra le poésie parnassienne. Ex : forme très travaillée…

 

Étude linéaire du sonnet.

 

I- Les quatrains.

            Strophe 1.

• Poème qui commence par une comparaison : « Tel qu’un ».

Assonance en [i]. Ex : « animal ; meurtri ; poussière ».

Comparant : animal. On ne connaît pas le comparé > on peut émettre l’hypothèse qu’il peut s’agir d’un « montreur » comme l’indique le titre.

• Champ lexical de la douleur pour décrire l’animal. Cf. « meurtri ; morne ; hurlant » + « ensanglanté ».

« La chaîne au cou » : attaché, prisonnier…

Atmosphère étouffante. Cf. « plein de poussière » ; « chaud soleil d'été ».

NB : on peut se demander quel est le sujet de « promène » et « son » : l’animal ou le comparé

• « Sur ton pavé cynique, ô plèbe carnassière ! » : allitération en [s] avec « sur ; cynique ; carnassière ».

Champ lexical du crime, du  meurtre. Cf. « ensanglanté » ; « carnassière » > plèbe qui est présentée comme sanguinaire.

Opposition entre le « Ô plèbe » > qui pourrait s’apparenter à une exclamation lyrique et « carnassière » qui connote le sang, l’attaque…

• Poète qui s’adresse à la « plèbe ». Tutoiement.