fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Laclos, Les Liaisons dangereuses, Lettre 10. | Commentaires composés | Laclos | Roman épistolaire

Commentaires composés | Laclos | Roman épistolaire

Laclos, Les Liaisons dangereuses, Lettre 10.
LA MARQUISE DE MERTEUIL AU VICOMTE DE VALMONT Me boudez-vous, Vicomte ? ou bien êtes-vous mort ? ou, ce qui y ressemblerait beaucoup, ne vivez-vous plus que pour votre Présidente ? ...

 LA MARQUISE DE MERTEUIL AU VICOMTE DE VALMONT

Me boudez-vous, Vicomte ? ou bien êtes-vous mort ? ou, ce qui y ressemblerait beaucoup, ne vivez-vous plus que pour votre Présidente ? Cette femme, qui vous a rendu les illusions de la jeunesse, vous en rendra bientôt aussi les ridicules préjugés. Déjà vous voilà timide et esclave ; autant vaudrait être amoureux. Vous renoncez à vos heureuses témérités. Vous voilà donc vous conduisant sans principes, et donnant tout au hasard, ou plutôt au caprice. Ne vous souvient-il plus que l'Amour est, comme la médecine, seulement l'art d'aider la Nature ? Vous voyez que je vous bats avec vos armes : mais je n'en prendrai pas d'orgueil ; car c'est bien battre un homme à terre. Il faut qu'elle se donne, me dites-vous : eh ! sans doute, il le faut ; aussi se donnera-t-elle comme les autres, avec cette différence que ce sera de mauvaise grâce. Mais, pour qu'elle finisse par se donner, le vrai moyen est de commencer par la prendre. Que cette ridicule distinction est bien un vrai déraisonnement de l'Amour ! Je dis l'Amour ; car vous êtes amoureux. Vous parler autrement, ce serait vous trahir ; ce serait vous cacher votre mal. 

 

Extrait du corrigé :

Pierre Ambroise François Choderlos de Laclos (1741-1803) : militaire, auteur d’une seule œuvre, très célèbre Les Liaisons dangereuses dont l’objectif était de « faire un ouvrage qui sortît de la route ordinaire, qui fît du bruit, et qui retentît encore sur la terre quand j’y aurais passé ».

 

Les Liaisons dangereuses : roman épistolaire écrit en 1782 => narre le duel pervers et libertin de deux membres de la noblesse française du siècle des Lumières, la marquise de Merteuil et le vicomte de Valmont.

 

 

I- La lettre d’une personne froissée 

              A- Des interrogations sur un changement de comportement

• La marquise interroge le silence de Valmont > Cf. le début de la lettre qui commence par 3 interrogations.

NB : « Me boudez-vous » > souligne leur intimité.

• Relevez toutes les marques qui annoncent un changement de comportement de Valmont.

Cf. la présence des adverbes qui soulignent cette différence entre le Valmont d’avant et celui de maintenant (+ rapidité du changement). Cf. « Déjà vous voilà ; Vous voilà donc » ; « bientôt » > futur proche. « Ne vous souvient-il » > fait appel au Valmont d’« avant ».