fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Jean-Paul SARTRE, Les Mouches, acte II, scènes 3 et 4 | Commentaires composés | Sartre | Théâtre

Commentaires composés | Sartre | Théâtre

Jean-Paul SARTRE, Les Mouches, acte II, scènes 3 et 4
EGISTHE. [... ] — Je regrette d'avoir dû punir Électre...

 SCÈNE III 

EGISTHE, CLYTEMNESTRE, ORESTE et ELECTRE (cachés)

EGISTHE. [... ] — Je regrette d'avoir dû punir Électre. 

CLYTEMNESTRE. — Est-ce parce qu'elle est née de moi ? Il vous a plu de le faire, et je trouve bon tout ce que vous faites. 

EGISTHE. — Femme, ce n'est pas pour toi que je le regrette. 

CLYTEMNESTRE. — Alors pourquoi ? Vous n'aimiez pas Électre. 

EGISTHE. — Je suis las. Voici quinze ans que je tiens en l'air, à bout de bras, le remords de tout un peuple. Voici quinze ans que je m'habille comme un épouvantail : tous ces vêtements noirs ont fini par déteindre sur mon âme. 

CLYTEMNESTRE. — Mais, Seigneur, moi-même... 

EGISTHE. — Je sais, femme, je sais : tu vas me parler de tes remords. Eh bien, je te les envie, ils te meublent la vie. Moi, je n'en n'ai pas, mais personne d'Argos n'est aussi triste que moi. 

CLYTEMNESTRE. — Mon cher seigneur... 

Elle s'approche de lui. 

EGISTHE. — Laisse-moi, catin ! n'as-tu pas honte, sous ses yeux ? 

CLYTEMNESTRE. — Sous ses yeux ? Qui donc nous voit ? 

EGISTHE. — Eh bien, le roi. On a lâché les morts, ce matin. 

CLYTEMNESTRE. — Seigneur, je vous en supplie... Les morts sont sous terre et ne nous gêneront pas de sitôt. Est-ce que vous avez oublié que vous-même inventâtes ces fables pour le peuple ? 

EGISTHE. — Tu as raison, femme. Eh bien, tu vois comme je suis las ? Laisse-moi, je veux me recueillir. 
Clytemnestre sort.

 

SCÈNE IV 

EGISTHE, ORESTE et ELECTRE (cachés)

EGISTHE. — Est-ce là, Jupiter, le roi dont tu avais besoin pour Argos ? Je vais, je viens, je sais crier d'une voix forte, je promène partout ma grande apparence terrible, et ceux qui m'aperçoivent se sentent coupables jusqu'aux moelles. Mais je suis une coque vide : une bête m'a mangé le dedans sans que je m'en aperçoive. A présent je regarde en moi-même, et je vois que je suis plus mort qu'Agamemnon. Ai-je dit que j'étais triste ? J'ai menti. Il n'est ni triste ni gai, le désert, l'innombrable néant des sables sous le néant lucide du ciel : il est sinistre. Ah ! je donnerais mon royaume pour verser une larme ! 
Entre Jupiter.  

 

Extrait du corrigé :

Les Mouches est un drame en trois actes qui prend racine à l'intérieur du mythe grec antique des Atrides pour développer une conception philosophique de la tragédie mettant fin aux sanglants combats des fils d'Atrée.

 

L'histoire se passe dans la ville d'Argos. Egisthe, après avoir assassiné Agamemnon, et épousé Clytemnestre sa femme, a instauré un régime de terreur. Oreste, fils de la reine, revient quinze ans plus tard, suivi par Jupiter. Electre, sa sœur, traitée en esclave, incite le peuple à la révolte. Egisthe la chasse. Elle se cache avec Oreste dans le palais.

 

Scènes où sont présents les meurtriers d’Agamemnon, puis, Égisthe seul, mais auxquelles assistent cachés Oreste et Électre.

 

I- Réflexions sur le pouvoir 

            A- Égisthe

• Égisthe incarne le pouvoir (puisque Agamemnon est mort) > « punir ».

• Déférence de Clytemnestre quand elle lui parle. Cf. elle le vouvoie + « Seigneur » ; « Mon cher Seigneur » > respect. VS Égisthe qui la tutoie et lui parle avec mon de respect. Cf. « Femme » ; « Je sais, femme, je sais »…

• Porte des vêtements spéciaux, qui rappellent sa fonction (« tous ces vêtements noirs »).

• Impose des pensées, des idées à ses sujets. Cf. « inventâtes ces fables pour le peuple ».