fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Louis de Jaucourt, Encyclopédie, Article « Traite des nègres ». | Commentaires composés | Jaucourt

Commentaires composés | Jaucourt

Louis de Jaucourt, Encyclopédie, Article « Traite des nègres ».
TRAITE DES NÈGRES (Commerce d’Afrique). C'est l'achat des nègres que font les Européens sur les côtes d'Afrique, pour employer ces malheureux dans leurs colonies en qualité d'esclaves...

  

TRAITE DES NÈGRES (Commerce d’Afrique).

              C'est l'achat des nègres que font les Européens sur les côtes d'Afrique, pour employer ces malheureux dans leurs colonies en qualité d'esclaves. Cet achat de nègres, pour les réduire en esclavage, est un négoce qui viole la religion, la morale, les lois naturelles, et tous les droits de la nature humaine.

              Les nègres, dit un Anglais moderne plein de lumières et d'humanité, ne sont point devenus esclaves par le droit de la guerre ; ils ne se dévouent pas non plus volontairement eux-mêmes à la servitude, et par conséquent leurs enfants ne naissent point esclaves. Personne n'ignore qu’on les achète de leurs princes, qui prétendent avoir droit de disposer de leur liberté, et que les négociants les font transporter de la même manière que leurs autres marchandises, soit dans leurs colonies, soit en Amérique où ils les exposent en vente.

              Si un commerce de ce genre peut être justifié par un principe de morale, il n'y a point de crime, quelque atroce qu'il soit, qu'on ne puisse légitimer. Les rois, les princes, les magistrats ne sont point les propriétaires de leurs sujets, ils ne sont donc pas en droit de disposer de leur liberté, et de les vendre pour esclaves.

              D'un autre côté, aucun homme n'a droit de les acheter ou de s'en rendre le maître ; les hommes et leur liberté ne sont point un objet de commerce ; ils ne peuvent être ni vendus, ni achetés, ni payés à aucun prix. Il faut conclure de là qu'un homme dont l'esclave prend la fuite, ne doit s'en prendre qu'à lui-même, puisqu'il avait acquis à prix d'argent une marchandise illicite, et dont l'acquisition lui était interdite par toutes les lois de l'humanité et de l'équité.

              Il n'y a donc pas un seul de ces infortunés que l'on prétend n'être que des esclaves, qui n'ait droit d'être déclaré libre, puisqu'il n'a jamais perdu la liberté ; qu'il ne pouvait pas la perdre ; et que son prince, son père, et qui que ce soit dans le monde n'avait le pouvoir d'en disposer ; par conséquent la vente qui en a été faite est nulle en elle-même : ce nègre ne se dépouille, et ne peut pas même se dépouiller jamais de son droit naturel ; il le porte partout avec lui, et il peut exiger partout qu'on l'en laisse jouir. C'est donc une inhumanité manifeste de la part des juges de pays libres où il est transporté, de ne pas l'affranchir à l'instant en le déclarant libre, puisque c'est leur semblable, ayant une âme comme eux.

 

Extrait du corrigé :

 Le chevalier Louis de Jaucourt (1704-1779) : philosophe, écrivain et encyclopédiste français.

Homme de culture immense, disciple de Montesquieu Jaucourt est, avec Buffon, l’un des auteurs des articles scientifiques de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert dont il a rédigé près de la moitié des articles des derniers tomes, ou près de 18 000 pour un total de 72 000, au point d’être surnommé l’« esclave de l’Encyclopédie ».

 

XVIIIe siècle : lutte des Lumières contre l’esclavage et la traite des Noirs.

 

NB : « nègre » ne doit pas être pris dans un sens raciste. Ce terme est devenu péjoratif vers la fin du XXe siècle. N’oubliez pas que Senghor a inventé le concept de la « négritude ».

(N’empêche que, dans le vocabulaire de tous les jours, d’une personne du XXIe siècle, bannissez ce mot, c’est mieux !).

 

Texte argumentatif, texte engagé.

 

I- Un texte argumentatif 

              A- Un article d’encyclopédie

NB : n’oubliez pas qu’il y avait encore la censure au XVIIIe siècle.

• Ce texte commence comme un article de dictionnaire : « C'est l'achat des nègres que font les Européens sur les côtes d'Afrique, pour… » + titre noté en majuscules.

• Présent de vérité générale.

• « C’est » : introduit une définition.

• Termes précis, « vrais », objectifs : « Européens, côtes d’Afrique… ».

• Texte d’apparence claire : 5 §.