fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Marceline DESBORDES-VALMORE, Élégies, « Qu'en avez-vous fait ? ». | Commentaires composés | Desbordes-Valmore | Poésie

Commentaires composés | Desbordes-Valmore | Poésie

Marceline DESBORDES-VALMORE, Élégies, « Qu'en avez-vous fait ? ».
Vous aviez mon coeur...

 « Qu'en avez-vous fait ? ».

 

  1. Vous aviez mon coeur,
  2. Moi, j'avais le vôtre :
  3. Un coeur pour un coeur ;
  4. Bonheur pour bonheur !

 

  1. Le vôtre est rendu,
  2. Je n'en ai plus d'autre,
  3. Le vôtre est rendu,
  4. Le mien est perdu !

 

  1. La feuille et la fleur
  2. Et le fruit lui-même,
  3. La feuille et la fleur,
  4. L'encens, la couleur :

 

  1. Qu'en avez-vous fait,
  2. Mon maître suprême ?
  3. Qu'en avez-vous fait,
  4. De ce doux bienfait ?

 

  1. Comme un pauvre enfant
  2. Quitté par sa mère,
  3. Comme un pauvre enfant
  4. Que rien ne défend,

 

  1. Vous me laissez là,
  2. Dans ma vie amère ;
  3. Vous me laissez là,
  4. Et Dieu voit cela !

 

  1. Savez-vous qu'un jour
  2. L'homme est seul au monde ?
  3. Savez-vous qu'un jour
  4. Il revoit l'amour ?

 

  1. Vous appellerez,
  2. Sans qu'on vous réponde ;
  3. Vous appellerez,
  4. Et vous songerez !...

 

  1. Vous viendrez rêvant
  2. Sonner à ma porte;
  3. Ami comme avant,
  4. Vous viendrez rêvant.

 

  1. Et l'on vous dira :
  2. " Personne !... elle est morte. "
  3. On vous le dira ;
  4. Mais qui vous plaindra ?

Extrait du corrigé :

Marceline DESBORDES-VALMORE, née en 1786 et décédée en 1859, fut actrice et poète.

Comédienne et chanteuse, Marceline Desbordes-Valmore se produit notamment à l'Opéra-Comique et au Théâtre de la Monnaie à Bruxelles. De sa liaison avec comédien, qu'elle nomme Olivier dans ses poèmes, elle a un fils qui meurt à cinq ans. Elle épouse ensuite le comédien Prosper Lanchantin, dit Valmore, dont elle aura quatre enfants. Elle n’a qu’un enfant qui lui survit.

Cette femme de lettres française, dont l’instruction limitée a été palliée par son grand travail d’autodidacte, a écrit pendant toute sa vie, principalement des poésies élégiaques. Son personnage romantique, d'autodidacte à la vie éprouvante, toute pétrie de tristesses et de privation, et son talent de poétesse lui ont valu l’admiration de nombreux poètes, tels par Lamartine, Victor Hugo, Baudelaire. Toutefois, elle meurt pourtant seule et oubliée.

 

Élégie : poème lyrique qui a généralement pour thème la fuite du temps, l'amour, la mort, la mélancolie…

 

« Qu’avez-vous fait » :

• Poème composé de 10 quatrains.

• 40 pentasyllabes > vers impairs, vers courts.

• Disposition des rimes : dans chaque strophe, les rimes sont disposées en ABAA.

NB : l’alternance des rimes féminines (> qui se terminent par un e muet, -e, -es, -ent) et des rimes masculines est respectée car la 2e rime de chaque strophe est féminine.

Dans chaque strophe, le 1e vers se répète un fois.

• Qualité des rimes :

- Rimes riches (la majorité). Ex : « rêvant ; rêvant » ; « appellerez ; songerez ; appellerez »…

- Rimes suffisantes. Ex : « cela ; là »…

 

I- Un cœur délaissé 

NB : le poème est écrit en vers courts > rythme rapide.

+ Répétitions et rimes qui sont très présentes.

            A- La fin d’un amour

• Les 2 premières strophes expliquent la situation.

• Poète qui s’adresse à son ancien amant.

Cf. les marques de 1e personne. Ex : « mon » ; « j’’ » ; « le mien »…

Cf. les marques de 2e personne du pluriel > vouvoiement. Ex : « vous » ; « le vôtre »…

• « Vous aviez mon cœur / Moi, j'avais le vôtre » : réciprocité.

- Réciprocité soulignée par l’allitération en [v] (« vous ; aviez ; avais ; vôtre ») et par l’allitération en [m] (« mon ; « moi »).

- Verbes à l’imparfait > passé. Cela sous-entend que dans le présent, cela n’est plus le cas…

• Cf. l’anaphore de « Le vôtre est rendu » > c’est l’amant qui ne l’aime plus. Synecdoque : le cœur pour l’amour de l’amant.

Effet de réciprocité : « Le mien est perdu » > exclamation mais qui exprime le désarroi de la femme.

+ Parallélisme et opposition entre « est rendu / est perdu ». Ce qui est renforcé par les rimes.