fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Marivaux, La Vie de Marianne. | Commentaires composés | Marivaux

Commentaires composés | Marivaux

Marivaux, La Vie de Marianne.
On me releva pourtant, ou plutôt on m'enleva, car on vit bien qu'il m'était impossible de me soutenir...

 On me releva pourtant, ou plutôt on m'enleva, car on vit bien qu'il m'était impossible de me soutenir. Mais jugez de mon étonnement, quand, parmi ceux qui s'empressaient à me secourir, je reconnus le jeune homme que j'avais laissé à l'église. C'était à lui qu'appartenait le carrosse, sa maison n'était qu'à deux pas plus loin, et ce fut où il voulut qu'on me transportât. Je ne vous dis point avec quel air d'inquiétude il s'y prit, ni combien il parut touché de mon accident. À travers le chagrin qu'il en marqua, je démêlai pourtant que le sort ne l'avait pas tant désobligé en m'arrêtant. Prenez bien garde à mademoiselle, disait-il à ceux qui me tenaient ; portez-la doucement, ne vous pressez point ; car dans ce moment ce ne fut point à moi à qui il parla. Il me semble qu'il s'en abstenait à cause de mon état et des circonstances, et qu'il ne se permettait d'être tendre que dans ses soins. De mon côté, je parlai aux autres, et ne lui dis rien non plus ; je n'osais même le regarder, ce qui faisait que j'en mourais d'envie : aussi le regardais-je, toujours en n'osant, et je ne sais ce que mes yeux lui dirent ; mais les siens me firent une réponse si tendre qu'il fallait que les miens l'eussent méritée. Cela me fit rougir, et me remua le coeur à un point qu'à peine m'aperçus-je de ce que je devenais. Je n'ai de ma vie été si agitée. Je ne saurais vous définir ce que je sentais. C'était un mélange de trouble, de plaisir et de peur ; oui, de peur, car une fille qui en est là-dessus à son apprentissage ne sait point où tout cela la mène : ce sont des mouvements inconnus qui l'enveloppent, qui disposent d'elle, qu'elle ne possède point, qui la possèdent ; et la nouveauté de cet état l'alarme. Il est vrai qu'elle y trouve du plaisir, mais c'est un plaisir fait comme un danger, sa pudeur même en est effrayée ; il y a là quelque chose qui la menace, qui l'étourdit, et qui prend déjà sur elle. On se demanderait volontiers dans ces instants-là : que vais-je devenir ? Car, en vérité, l'amour ne nous trompe point : dès qu'il se montre, il nous dit ce qu'il est, et de quoi il sera question ; l'âme, avec lui, sent la présence d'un maître qui la flatte, mais avec une autorité déclarée qui ne la consulte pas, et qui lui laisse hardiment les soupçons de son esclavage futur. Voilà ce qui m'a semblé de l'état où j'étais, et je pense aussi que c'est l'histoire de toutes les jeunes personnes de mon âge en pareil cas.

 

Extrait du corrigé :

La Vie de Marianne : roman écrit à la 1e personne, ayant la particularité d’avoir été écrit en plusieurs parties. Le roman dans son entier se compose de onze parties authentiques, parues de 1731 jusqu’en 1742 et d’une suite et fin apocryphe en 1745, une Continuation inachevée composée par Marie-Jeanne Riccoboni, ayant partiellement paru.

Roman qui se présente comme un manuscrit trouvé par hasard.

Le personnage principal, Marianne, raconte son histoire mouvementée en raison de son manque de naissance…

NB : Marianne est une très jolie jeune femme, mais sans nom, sans famille, ce qui est au cœur du roman, dans une France qui est encore une monarchie…

 

I- Une rencontre 

            A- Un roman à la première personne

• Marianne raconte son histoire. Cf. le nombre très important de marques de 1e personne du singulier.

Ex : 15 « je » ; 9 « me » ; 1 « mes » et 1 « ma ».

• Toute l’intrigue, toutes les actions sont donc vues du point de vue du personnage.

=> Focalisation interne.

Ex : « je démêlai » ; « je reconnus »…

• Récit vivant.

Cf.  « Mais jugez de mon étonnement » ; « Je ne vous dis point » > la narratrice et personne principale s’adresse directement au lecteur.

Cf.  les passages au style direct. Cela donne un effet de naturel, du réalisme au récit.