fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Maupassant, Pierre et Jean, Préface. | Commentaires composés | Maupassant

Commentaires composés | Maupassant

Maupassant, Pierre et Jean, Préface.
Quel que soit le génie d'un homme faible, doux, sans passions, aimant uniquement la science et le travail...

  

Quel que soit le génie d'un homme faible, doux, sans passions, aimant uniquement la science et le travail, jamais il ne pourra se transporter assez complètement dans l'âme et dans le corps d'un gaillard exubérant, sensuel, violent, soulevé par tous les désirs et même par tous les vices, pour comprendre et indiquer les impulsions et les sensations les plus intimes de cet être si différent, alors même qu'il peut fort bien prévoir et raconter tous les actes de sa vie.

En somme, celui qui fait de la psychologie pure ne peut que se substituer à tous ses personnages dans les différentes situations où il les place, car il lui est impossible de changer ses organes, qui sont les seuls intermédiaires entre la vie extérieure et nous, qui nous imposent leurs perceptions, déterminent notre sensibilité, créent en nous une âme essentiellement différente de celles qui nous entourent. Notre vision, notre connaissance du monde acquise par le secours de nos sens, nos idées sur la vie, nous ne pouvons que les transporter en partie dans tous les personnages dont nous prétendons dévoiler l'être intime et inconnu. C'est donc toujours nous que nous montrons dans le corps d'un roi, d'un assassin, d'un voleur ou d'un honnête homme, d'une courtisane, d'une religieuse, d'une jeune fille ou d'une marchande aux halles, car nous sommes obligés de nous poser ainsi le problèmes : «  Si j'étais roi, assassin, voleur, courtisane, religieuse, jeune fille ou marchande aux halles, qu'est-ce que je ferais, qu'est-ce que je penserais, comment est-ce que j'agirais ? » Nous ne diversifions nos personnages qu'en changeant l'âge, le sexe, la situation sociale et toutes les circonstances de la vie de notre moi que la nature a entouré d'une barrière d'organes infranchissables.

L'adresse consiste à ne pas laisser reconnaître ce moi par le lecteur sous tous les masques divers qui nous servent à le cacher.

 

Extrait du corrigé :

La Préface de Pierre et Jean est un texte très important : Maupassant y explique sa conception du roman.

Préface : texte argumentatif, l’auteur démontre une thèse. Vous pourrez souligner tout au long de l’étude le recours aux connecteurs logiques qui encadrent le raisonnement. Ex : « En somme » ; « car » ; « C'est donc »…

 

I- Constat 

NB : Préface > texte argumentatif. Maupassant veut démontrer une thèse.

Utilisation du présent de vérité générale.

            A- Impossibilité

• Cet extrait commence par une impossibilité. Cf. « Quel que soit le génie… » > sous-entend que malgré tout, cela ne se pourra pas. NB « génie » : terme dithyrambique qui renforce l’argumentation du romancier.

« jamais il ne pourra se transporter assez complètement » > impossibilité expliquée.

• Différence expliquée > un homme peut très bien « prévoir et raconter tous les actes » d’un être très différent de lui. Mais il ne peut pas le « pour comprendre et indiquer les impulsions et les sensations les plus intimes ».

=> Lorsque quelqu’un veut peindre un personnage au tempérament très différent du sien, il ne peut que raconter ses actes et non les expliquer de l’intérieur.

Pour bien illustrer sa thèse, Maupassant développe l’opposition :