fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : À partir du poème de Victor Hugo (Lux - V; Les Châtiments, 1853), composez le discours que celui-ci aurait pu tenir devant les exilés afin de leur redonner espoir. | Ecritures d'invention | Hugo | Poésie

Ecritures d'invention | Hugo | Poésie

À partir du poème de Victor Hugo (Lux - V; Les Châtiments, 1853), composez le discours que celui-ci aurait pu tenir devant les exilés afin de leur redonner espoir.

 À partir du poème de Victor Hugo (Lux - V; Les Châtiments, 1853), composez le discours que celui-ci aurait pu tenir devant les exilés afin de leur redonner espoir.

 

Victor Hugo - Les Châtiments, Lux - V

 

Bannis ! bannis ! bannis ! c'est là la destinée.

Ce qu'apporté le flux sera dans la journée

Repris par le reflux.

Les jours mauvais fuiront sans qu'on sache leur nombre,

Et les peuples joyeux et se penchant sur l'ombre

Diront : Cela n'est plus !

 

Les temps heureux luiront, non pour la seule France,

Mais pour tous. On verra dans cette délivrance,

Funeste au seul passé,

Toute l'humanité chanter, de fleurs couverte,

Comme un maître qui rentre en sa maison déserte

Dont on l'avait chassé.

 

Les tyrans s'éteindront comme des météores.

Et, comme s'il naissait de la nuit deux aurores

Dans le même ciel bleu,

Nous vous verrous sortir de ce gouffre où nous sommes,

Mêlant vos deux rayons, fraternité des hommes,

Paternité de Dieu !

 

Oui, je vous le déclare, oui, je vous le répète,

Car le clairon redit ce que dit la trompette,

Tout sera paix et jour !

Liberté ! plus de serf et plus de prolétaire !

Ô sourire d'en haut ! ô du ciel pour la terre

Majestueux amour !

 

L'arbre saint du Progrès, autrefois chimérique,

Croîtra, couvrant l'Europe et couvrant l'Amérique,

Sur le passé détruit,

Et, laissant l'éther pur luire à travers ses branches,

Le jour, apparaîtra plein de colombes blanches,

Plein d'étoiles, la nuit.

 

Et nous qui serons morts, morts dans l'exil peut-être,

Martyrs saignants, pendant que les hommes, sans maître,

Vivront, plus fiers, plus beaux,

Sous ce grand arbre, amour des cieux qu'il avoisine,

Nous nous réveillerons pour baiser sa racine

Au fond de nos tombeaux !

 

 

 Extrait du corrigé :

Mes chers frères, mes chères sœurs,

 

Bannis ! Bannis ! Nous sommes bannis ! C’est là la destinée. Mais il ne faut pas désespérer, ce qui a été apporté le flux sera, dans la journée, repris par le reflux.