fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Gustave Flaubert, Madame Bovary, 1e partie, chapitre 3. | Commentaires composés | Flaubert | roman

Commentaires composés | Flaubert | roman

Gustave Flaubert, Madame Bovary, 1e partie, chapitre 3.
Il arriva un jour vers trois heures ; tout le monde était aux champs...

 Il arriva un jour vers trois heures ; tout le monde était aux champs ; il entra dans la cuisine, mais n'aperçut point d'abord Emma, les auvents étaient fermés. Par les fentes du bois, le soleil allongeait sur les pavés de grandes raies minces, qui se brisaient à l'angle des meubles et tremblaient au plafond. Des mouches, sur la table, montaient le long des verres qui avaient servi, et bourdonnaient en se noyant au fond, dans le cidre resté. Le jour qui descendait par la cheminée, veloutant la suie de la plaque, bleuissait un peu les cendres froides. Entre la fenêtre et le foyer, Emma cousait ; elle n'avait point de fichu, on voyait sur ses épaules nues de petites gouttes de sueur.

              Selon la mode de la campagne, elle lui proposa de boire quelque chose. Il refusa, elle insista, et enfin lui offrit, en riant, de prendre un verre de liqueur avec elle. Elle alla donc chercher dans l'armoire une bouteille de curaçao, atteignit deux petits verres, emplit l'un jusqu'au bord, versa à peine dans l'autre, et, après avoir trinqué, le porta à sa bouche. Comme il était presque vide, elle se renversait pour boire ; et, la tête en arrière, les lèvres avancées, le cou tendu, elle riait de ne rien sentir, tandis que le bout de sa langue, passant entre ses dents fines, léchait à petits coups le fond du verre.

              Elle se rassit et elle reprit son ouvrage, qui était un bas de coton blanc où elle faisait des reprises ; elle travaillait le front baissé ; elle ne parlait pas, Charles non plus. L'air passant par le dessous de la porte, poussait un peu de poussière sur les dalles ; il la regardait se traîner, et il entendait seulement le battement intérieur de sa tête, avec le cri d'une poule, au loin, qui pondait dans les cours. Emma, de temps à autre, se rafraîchissait les joues en y appliquant la paume de ses mains, qu'elle refroidissait après cela sur la pomme de fer des grands chenets.

              Elle se plaignit d'éprouver, depuis le commencement de la saison, des étourdissements ; elle demanda si les bains de mer lui seraient utiles ; elle se mit à causer du couvent, Charles de son collège, les phrases leur vinrent. Ils montèrent dans sa chambre. Elle lui fit voir ses anciens cahiers de musique, les petits livres qu'on lui avait donnés en prix et les couronnes en feuilles de chêne, abandonnées dans un bas d'armoire. Elle lui parla encore de sa mère, du cimetière, et même lui montra dans le jardin la plate-bande dont elle cueillait les fleurs, tous les premiers vendredis de chaque mois, pour les aller mettre sur sa tombe. Mais le jardinier qu'ils avaient n'y entendait rien ; on était si mal servi ! Elle eût bien voulu, ne fût-ce au moins que pendant l'hiver, habiter la ville, quoique la longueur des beaux jours rendît peut-être la campagne plus ennuyeuse encore durant l'été ; – et, selon ce qu'elle disait, sa voix était claire, aiguë, ou se couvrant de langueur tout à coup, traînait des modulations qui finissaient presque en murmures, quand elle se parlait à elle-même, – tantôt joyeuse, ouvrant des yeux naïfs, puis les paupières à demi closes, le regard noyé d'ennui, la pensée vagabondant.

 

Extrait du corrigé :

Madame Bovary : roman paru en 1857, dont le titre original était Madame Bovary, mœurs de province. Œuvre qui fit scandale et qui, la même année que Les Fleurs du Mal, fut portée devant la justice pour « outrage à la morale publique et religieuse et aux bonnes mœurs ». Mais, à la différence du recueil de Baudelaire, le roman de Flaubert fut acquitté.

Œuvre « réaliste » qui raconte la destinée d’Emma, fille de Rouault, un riche fermier et épouse de l’officier Charles Bovary.

 

I- La rencontre amoureuse 

              A- Peinture réaliste

• Cf. les actions. Repères chronologiques. Cf. « vers trois heures » : « aux champs ». Actions réalistes. Ex : « entra dans la cuisine ».

• Peinture de la maison. Détail de l’éclairage, peinture aussi des mouches, de la poussière => Montrez que Flaubert rend l’atmosphère rustique de la pièce. Cf. aussi « le cri d'une poule, au loin, qui pondait dans les cours ».

• Cf. les évocations de la chaleur : « petites gouttes de sueur ; se rafraîchissait les joues… ».

• Occupation de la jeune femme : « Entre la fenêtre et le foyer, Emma cousait ».

 

              B- L’image de la femme

• Femme pas vue en premier > déception.

• Femme surprise dans ses occupation => plus de charme.

Naturel de la femme : « n'avait point de fichu ». Précision des détails, certaine intimité qui se crée : « on voyait sur ses épaules nues de petites gouttes de sueur ».