fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Imaginez la suite du récit de Balzac proposé dans le corpus : après cette rencontre avec son père, Clémence rentre chez elle où son mari Jules l'attend et lui demande avec qui elle avait rendez-vous. La jeune femme avoue avoir retrouvé son père, un ancien criminel, et cherche à convaincre son époux de l'accepter dans la famille. Celui-ci s'y oppose fermement et justifie cette décision. | Ecritures d'invention | Balzac | roman

Ecritures d'invention | Balzac | roman

Imaginez la suite du récit de Balzac proposé dans le corpus : après cette rencontre avec son père, Clémence rentre chez elle où son mari Jules l'attend et lui demande avec qui elle avait rendez-vous. La jeune femme avoue avoir retrouvé son père, un ancien criminel, et cherche à convaincre son époux de l'accepter dans la famille. Celui-ci s'y oppose fermement et justifie cette décision.
Vous rédigerez ce dialogue romanesque entre Clémence et Jules, en mettant en évidence les sentiments de chacun ainsi que leur argumentation.

 Imaginez la suite du récit de Balzac proposé dans le corpus : après cette rencontre avec son père, Clémence rentre chez elle où son mari Jules l'attend et lui demande avec qui elle avait rendez-vous. La jeune femme avoue avoir retrouvé son père, un ancien criminel, et cherche à convaincre son époux de l'accepter dans la famille. Celui-ci s'y oppose fermement et justifie cette décision.

Vous rédigerez ce dialogue romanesque entre Clémence et Jules, en mettant en évidence les sentiments de chacun ainsi que leur argumentation.

 

 

Balzac, Ferragus – Te perdre, ma fille, dit Ferragus…

 

 

 

 Extrait du corrigé :

Après avoir vu son père, Clémence rentra chez elle. Son mari l’attendait. Il nota tout de suite le visage ému de sa femme.

– Qu’avez-vous mon amie, vous me semblez toute retournée ? Est-ce ce déjeuner avec la comtesse qui vous a mise dans cet état ? lui demanda-t-il.

– Jules, je dois vous avouer quelque chose. Je n’ai pas été chez la comtesse… Je… Je… J’ai vu un homme qui compte beaucoup pour moi… avoua la jeune femme.