fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Musset, Lorenzaccio, Acte I, scène1. | Commentaires composés | Musset

Commentaires composés | Musset

Musset, Lorenzaccio, Acte I, scène1.
Un jardin. - Clair de lune ; un pavillon dans le fond, un autre sur le devant. Entrent le Duc et Lorenzo, couverts de leurs manteaux ; Giomo, une lanterne à la main. Le duc : Qu'elle se fasse attendre encore un quart d'heure, et je m'en vais...

  Un jardin. - Clair de lune ; un pavillon dans le fond, un autre sur le devant. Entrent le Duc et Lorenzo, couverts de leurs manteaux ; Giomo, une lanterne à la main.

Le duc : Qu'elle se fasse attendre encore un quart d'heure, et je m'en vais. Il fait un froid de tous les diables.

Lorenzo : Patience, altesse, patience.

Le duc : Elle devait sortir de chez sa mère à minuit ; il est minuit, et elle ne vient pourtant pas.

Lorenzo : Si elle ne vient pas, dites que je suis un sot, et que la vieille mère est une honnête femme.

Le duc : Entrailles du pape ! avec tout cela je suis volé d'un millier de ducats !

Lorenzo : Nous n'avons avancé que moitié. Je réponds de la petite. Deux grands yeux languissants, cela ne trompe pas. Quoi de plus curieux pour le connaisseur que la débauche à la mamelle ? Voir dans une enfant de quinze ans la rouée à venir ; étudier, ensemencer, infiltrer paternellement le filon mystérieux du vice dans un conseil d'ami, dans une caresse au menton - tout dire et ne rien dire, selon le caractère des parents - ; habituer doucement l'imagination qui se développe à donner des corps à ses fantômes, à toucher ce qui l'effraye, à mépriser ce qui la protège ! Cela va plus vite qu'on ne pense ; le vrai mérite est de frapper juste. Et quel trésor que celle-ci ! Tout ce qui peut faire passer une nuit délicieuse à Votre Altesse ! Tant de pudeur ! Une jeune chatte qui veut bien des confitures, mais qui ne veut pas se salir la patte. Proprette comme une Flamande ! La médiocrité bourgeoise en personne. D'ailleurs, fille de bonnes gens, à qui leur peu de fortune n'a pas permis une éducation solide ; point de fond dans les principes ; rien qu'un léger vernis ; mais quel flot violent d'un fleuve magnifique sous cette couche de glace fragile qui craque à chaque pas ! Jamais arbuste en fleur n'a promis de fruits plus rares, jamais je n'ai humé dans une atmosphère enfantine plus exquise odeur de courtisanerie.

 

Extrait du corrigé :

Lorenzaccio : célèbre pièce de théâtre d’Alfred de Musset écrite en 1834, sur une idée de George SandUne conspiration en 1537.

L’intrigue de la pièce est reprise d'événements réels racontés dans une chronique de la Renaissance sur la vie de Florence au XVIe siècle la Storia fiorentina de Varchi.

 

Drame romantique (le seul qui ait encore de nos jours un véritable succès).

 

=> Scène d’exposition.

Présentation du personnage éponyme. NB : Lorenzaccio => surnom péjoratif. Héros complexe, héros romantique.

 

I- Une scène d’exposition 

              La scène d'exposition doit lancer l'action et présenter les personnages et leur situation. Cette scène est un condensé du drame et en annonce déjà la plupart des thèmes

              A- Le théâtre dans un fauteuil

• Musset n’a pas écrit cette pièce pour qu’elle soit représentée => à lire dans un fauteuil.

S’autorisera donc des changements de lieu, de nombreux personnages, etc.

• Musset => auteur romantique.

Du côté de Victor Hugo et des romantiques dans la bataille d’Hernani.

=> Lorenzaccio : héros romantique.

• Cette scène d’exposition témoigne de la volonté de Musset de ne pas écrire une pièce classique :