fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : A la façon de Voltaire dans Candide, vous écrirez un récit satirique dans lequel un personnage naïf arrivant en France de nos jours sera confronté à une situation typique de notre société que vous jugez scandaleuse et que vous voulez dénoncer. L’ironie devra être présenté dans le texte ; mais le message de votre apologue devra être explicité, et votre lecteur ne devra pas douter de l’idée que vous voulez transmettre. | Ecritures d'invention

Ecritures d'invention

A la façon de Voltaire dans Candide, vous écrirez un récit satirique dans lequel un personnage naïf arrivant en France de nos jours sera confronté à une situation typique de notre société que vous jugez scandaleuse et que vous voulez dénoncer. L’ironie devra être présenté dans le texte ; mais le message de votre apologue devra être explicité, et votre lecteur ne devra pas douter de l’idée que vous voulez transmettre.

 A la façon de Voltaire dans Candide, vous écrirez un récit satirique dans lequel un personnage naïf arrivant en France de nos jours sera confronté à une situation typique de notre société que vous jugez scandaleuse et que vous voulez dénoncer. L’ironie devra être présente dans le texte, mais le message de votre apologue devra être explicité, et votre lecteur ne devra pas douter de l’idée que vous voulez transmettre.

 

Extrait du corrigé

 

Un samedi d’avril de l’année 2016, M. et Mme Tolonde se promenaient tranquillement dans leur village. Ils avaient acheté quelques fruits et légumes à la petite marchande qui venait toutes les semaines et du pain. Leur chien marchait à leurs côtés, ravi de ce temps ensoleillé et sec. Le couple discutait de la politique, de l’incompétence des ministres qui ne faisaient rien, et de la vitesse à laquelle trop de gens roulaient dans le village. Soudain, Mme Tolonde poussa un petit cri : quelqu’un venait de lui tirer sa queue de cheval. Elle se retourna, furieuse, et se retrouva nez à nez avec un petit homme, tout menu et tout noir, vêtu d’un simple pantalon de toile et d’un collier, qui tenait dans une main son chouchou rose, et dans l’autre, un petit balluchon.

– Non mais dites donc, Monsieur, comment osez-vous me tirer les cheveux, et qui-plus-est me prendre mon chouchou ?

– Veuillez m’excuser Madame, je ne voulais pas vous importuner, je voulais simplement vous dire bonjour.

– Bonjour ? en me tirant les cheveux ? Mais d’abord qui êtes-vous ? d’où venez-vous ? Vous n’êtes pas du village, il me semble.