fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : À propos de Dom Juan, Michel Tournier en vient à écrire : « C'est le propre des personnages mythiques de déborder ainsi leur berceau natal et d'acquérir une dimension et des significations que leur auteur n'avait pas soupçonnées ». | Dissertations

Dissertations

À propos de Dom Juan, Michel Tournier en vient à écrire : « C'est le propre des personnages mythiques de déborder ainsi leur berceau natal et d'acquérir une dimension et des significations que leur auteur n'avait pas soupçonnées ».
Vous expliquerez sous la forme d'un développement organisé pourquoi certains mythes ou certains personnages mythiques continuent d'inspirer les créateurs et d'intéresser leur public longtemps après leur apparition.

 Extrait du corrigé :

Réécriture d’un mythe (les Antigone, les Oreste, les différents Amphitryon, les Odyssées, les Faust…) Ex : Pourquoi alors qu’il existe déjà plusieurs Antigone, celle d’Anouilh est-elle considérée comme une œuvre à part entière ?

 

I- Les grands mythes et les « héros » dans la littérature : entre imitation et originalité

              La réécriture a toujours existé en littérature :

              A- Selon les classiques

• Pour les classiques, tout n’est qu’imitation. « Tout es dit et l’on vient trop tard, depuis dix mille ans qu’il y a des hommes et qu’ils pensent » affirme La Bruyère, un siècle après Montaigne.

Genres et sujets sont les mêmes.

=> Ronsard emprunte donc sa formule carpe diem à Horace et le beau tableau de la « vieille accroupie » à Tibulle. Cf « Sonnets pour Hélène » de Ronsard et les Élégies de Tibulle.

Ex : Ronsard « assimile » ses modèles antiques. La formule d’Horace « cueillez les roses de la vie » devient chez Ronsard plus métaphorique : les roses sont à la fois plus concrètes, et tout comme le jour, elles sont éphémères (« puisqu’une fleur ne dure/ que du matin jusques au soir » dans « Mignonne allons voir si la rose »).