fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Évoquant l'expérience de la lecture d'une oeuvre littéraire, le critique contemporain Jean Rousset écrit : « L'expérience première demeure celle de nouveau monde et de l'écart ; qu'elle soit récente ou classique, l'oeuvre impose l'avènement d'un ordre en rupture avec l'état existant, l'affirmation d'un règne qui obéit à ses lois et à sa logique propre ». | Dissertations

Dissertations

Évoquant l'expérience de la lecture d'une oeuvre littéraire, le critique contemporain Jean Rousset écrit : « L'expérience première demeure celle de nouveau monde et de l'écart ; qu'elle soit récente ou classique, l'oeuvre impose l'avènement d'un ordre en rupture avec l'état existant, l'affirmation d'un règne qui obéit à ses lois et à sa logique propre ».
Vous commenterez et discuterez cette affirmation.

Extrait du corrigé : 

« L'expérience première demeure celle de nouveau monde et de l'écart » ; « d'un ordre en rupture avec l'état existant » > rupture entre le monde de la fiction et la réalité…

 

I- Le règne de la fiction

La littérature est le lieu de l’évasion.

            A- Une œuvre de fiction

• Littérature > romans, fables, récits…> œuvres de fiction. Péripéties et personnages issus de l’imagination de l’auteur (peut s’inspirer de la réalité, mais il agence les événements comme il le souhaite).

• Personnages inventés : plusieurs personnages => cf. Anna Karénine, Emma Bovary, le capitaine Fracasse… + nombreuses actions.

• Les libertés de la fiction : l’écrivain de fiction n’est pas tenu par un souci de réalisme. Evoque le sujet qu’il souhaite… (Par exemple, est-ce qu’une Miss Marple réelle, vraie, rencontrerait autant de meurtres et de meurtriers dans la vraie vie ? !).

• Fiction : liberté de l’écrivain qui crée l’histoire qu’il veut. Le romancier fait s’ajuster les événements qui arrivent comme il le souhaite. Cf. début de Pierre et Jean par exemple > mort d’un personnage => arrivée du testament et de l’argent à Jean (coïncidence romanesque). Cf. aussi les nombreux voyages de Candide, la résurrection de Cunégonde… dans l’œuvre de Voltaire + facéties sur les noms (cf. M. Vanderdendur ; cf. Candide…).