fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Dans Entretiens sur le cinématographe, Jean Cocteau déclare : « Je ne crois pas à ce terme à la mode : l'évasion. Je crois qu'au lieu de s'évader par une oeuvre, on est envahi par elle. Ce qui est beau, c'est d'être envahi, habité, inquiété, obsédé, dérangé par une œuvre ». | Dissertations

Dissertations

Dans Entretiens sur le cinématographe, Jean Cocteau déclare : « Je ne crois pas à ce terme à la mode : l'évasion. Je crois qu'au lieu de s'évader par une oeuvre, on est envahi par elle. Ce qui est beau, c'est d'être envahi, habité, inquiété, obsédé, dérangé par une œuvre ».
Vous commenterez et discuterez cette opinion en empruntant des exemples précis aux textes au programme et à vos lectures personnelles.

Extrait du corrigé :

Normalement, il est vrai que l’on considère que la lecture d’une œuvre nous fait voyager. Pourtant, le texte et les aventures peuvent nous toucher vraiment, nous déranger, nous faire réfléchir…

 

I- Le plaisir de la lecture

A- L’évasion

• Roman, pièce de théâtre, poésie… => sont construits autour de personnages. Si on s’identifie au personnage : on entre plus facilement dans la fiction, on s’évade. La littérature fait oublier les soucis l’espace du temps de la lecture le réel.

• Cf. les robinsonnades du xixe siècle : Les Nouveaux Robinsons suisses et toute la vogue des histoires qui se déroulent sur une île déserte loin de tout. Exotisme.

• Longues description au xixe qui font rêver les lecteurs. À l’époque, pas de télévision : il faut s’occuper. On plonge ainsi dans le Paris de la Restauration avec Balzac.

• Identification importante dans les romans d’apprentissages > on grandit avec le héros, on le suit, on suit son parcours. Cf. Julien Sorel dans Le Rouge et le Noir. Cf. Frédéric dans L’Éducation sentimentale.