fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Dans quelle mesure la pièce On ne badine pas avec l'amour de Musset peut-elle être considérée comme une satire de l'éducation ? | Dissertations | Musset | Théâtre

Dissertations | Musset | Théâtre

Dans quelle mesure la pièce On ne badine pas avec l'amour de Musset peut-elle être considérée comme une satire de l'éducation ?

 Extrait du corrigé :

      Malgré le ton « badin » du titre, la pièce de Musset est plutôt sombre. Dans quelle mesure cette pièce peut-elle être considérée comme une satire de l'éducation ?

 

I- Une pièce sur l’orgueil 

              Alors que le mariage était prévu depuis longtemps et devait les rendre heureux, Camille et Perdican repoussent ce projet => mouvements de vanité.

 

              A- L’orgueil de Camille 

• Camille dès leurs retrouvailles (Acte I, scène 3) se montre froide, hautaine. Elle joue à la grande dame qui aurait oublié les moments passés avec son cousin. Cf. « Je ne suis pas assez jeune pour m'amuser de mes poupées, ni assez vieille pour aimer le passé ».

• Camille ensuite autorise quelques badineries : la main, le baiser, la causerie de bonne amitié… et explique ses raisons de vouloir devenir religieuse.

En fait, elle joue un rôle => elle se donne le beau rôle de l'insensible par prudente raison, trouvant en Dieu l'amour éternel. Perdican voit la vanité de sa cousine. Cf. « Tu es une orgueilleuse ; prends garde à toi ».

• Camille manigance tout (> flatte aussi son ego) : « ce pauvre jeune homme a le poignard dans le cœur ; il ne se consolera pas de m'avoir perdu ! ».

              ∆) Orgueil de Camille. Cependant, cette vanité de jeune fille conduit au drame.