fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Un lecteur peut-il préférer que l'auteur laisse une part d'ombre autour des personnages ? | Dissertations

Dissertations

Un lecteur peut-il préférer que l'auteur laisse une part d'ombre autour des personnages ?

 Extrait du corrigé :

Personnage : doit-il être très bien décrit ou doit-il garder des zones de mystère, d’ombre ?

 

I- Les zones d’ombres 

            A- Un choix d’écriture

Dans son roman, les Faux-Monnayeurs, Gide prête à son personnage de romancier, Edouard la réflexion suivante : « Il se dit que les romanciers par la description trop exacte de leurs personnages, gênent plutôt l'imagination qu’ils ne la servent et qu’ils devraient laisser chaque lecteur se représenter chacun de ceux-ci comme il lui plaît ».

• Si le romancier ne dit pas tout sur le personnage > limite l’information et donc, rend plus complexe l’approche du livre. Ne sachant pas tout ce que pense le personnage, le lecteur doit faire un effort pour comprendre ses réactions, interpréter ses actes…

Ex : dans Pierre et Jean, Maupassant donne moins de détails sur la psychologie de Jean (focalisation interne sur Pierre) > on sait juste que ce cadet accepte l’argent en se posant moins de questions que son aîné, qu’il va se fiancer…

• Cf. Meursault dans l’Étranger de Camus => Les choix langagiers de Camus au début de l’Étrangerpeignent un Meursault « étranger » (phrases simples, vocabulaire pratique, etc.). Ce personnage à la psychologie si « simple » déroute le lecteur qui ne le comprend pas vraiment − peut-être, aimerait des explications sur ce qu’il est de la part d’un narrateur omniscient : mais justement, expliquez que ce choix d’écriture à la 1e personne adopté par Camus pousse le lecteur à la réflexion…