fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Aloysius Bertrand, Mon bisaïeul | Commentaires composés | Aloysius Bertrand | Poésie

Commentaires composés | Aloysius Bertrand | Poésie

Aloysius Bertrand, Mon bisaïeul

Aloysius Bertrand, Mon bisaïeul

 

 

                                                                 Tout dans cette chambre était encore dans le même état, 

                                                                                   si ce n'est que les tapisseries y étaient en lambeaux, 

                                                                                   et que les araignées y tissaient leurs toiles dans la poussière. 

                                                                                  Walter Scott. - Woodstock.

 

Les vénérables personnages de la tapisserie gothique, remuée par le vent, se saluèrent l'un l'autre, et mon bisaïeul entra dans la chambre, - mon bisaïeul mort il y aura bientôt quatre-vingts ans !

 

Là ! - c'est là devant ce prie - Dieu qu'il s'agenouilla, mon bisaïeul le conseiller, baisant de sa barbe ce jaune missel étalé à l'endroit de ce ruban.

 

Il marmotta des oraisons tant que dura la nuit, sans décroiser un moment ses bras de son camail de soie violette, sans obliquer un regard vers moi, sa postérité, qui étais couché dans son lit, son poudreux lit à baldaquin !

 

Et je remarquais avec effroi que ses yeux étaient vides, bien qu'il parût lire, - que ses lèvres étaient immobiles, bien que je l'entendisse prier, - que ses doigts étaient décharnés, bien qu'ils scintillassent de pierreries !

 

Et je me demandais si je veillais ou si je dormais, - si c'étaient les pâleurs de la lune ou de Lucifer, - si c'était minuit ou le point du jour !

 

 Extrait du corrigé :

 

              Louis Jacques Napoléon Bertrand, dit Aloysius Bertrand est considéré comme l’inventeur du poème en prose > genre développé dans son unique recueil, publié à titre posthume en 1842, Gaspard de la nuit.

              Avant le XIXe siècle (et Aloysius Bertrand), il y avait une frontière très nette entre la poésie en vers et la prose. Depuis, les limites sont bien moins marquées.

 

              Poème en prose : volonté du poète de s’affranchir de la langue banale, de ne pas tenir compte des vers mais de garder sa créativité. Aloysius Bertrand, véritable créateur du poème en prose => Gaspard de la Nuit (ballade médiévale pour évoquer en prose des scènes oniriques ou fantastiques). Puis, genre surtout développé par Baudelaire avec son recueil Petits poèmes en prose, puis Rimbaud (Une saison en enfer)…

 

« Mon bisaïeul » :

> appartient au Troisième Livre de Gaspard de la NuitLa Nuit et ses prestiges.

• Poème en prose :

- Brièveté ; Densité ; Nombreuses images…

- Le poème en prose peut sembler un simple récit, pourtant > impossibilité de le résumer, de le raconter…

- Le poème en prose se caractérise par sa brièveté mais aussi son indépendance > il est automne, il forme un tout indépendant. Il s’organise en courts paragraphes (qui peuvent parfois être une simple phrase) qui tous constituent une idée, une pensée du poète.

 

- Ce poème est composé de 5 paragraphes, précédés par une traduction de vers de Walter Scott.

 

I- Au point de départ de la rêverie

              A- Le poète