fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Vous êtes metteur en scène et vous montez Il ne faut jurer de rien de Musset. Rédigez le texte qui indiquera à vos acteurs comment jouer la scène du peloton (acte I, scène 2) et quelles seront les conditions matérielles de représentation (costumes, décors, accessoires, etc.) | Ecritures d'invention | Musset | Théâtre

Ecritures d'invention | Musset | Théâtre

Vous êtes metteur en scène et vous montez Il ne faut jurer de rien de Musset. Rédigez le texte qui indiquera à vos acteurs comment jouer la scène du peloton (acte I, scène 2) et quelles seront les conditions matérielles de représentation (costumes, décors, accessoires, etc.)
L’Abbé. Que pensez-vous, madame, du dernier sermon ? ne l’avez-vous pas entendu ? (...) L’Abbé. Moi, madame ! sur miss Clary !

 Extrait du corrigé :

Vous êtes metteur en scène et vous montez Il ne faut jurer de rien de Musset. Rédigez le texte qui indiquera à vos acteurs comment jouer la scène du peloton (acte I, scène 2) et quelles seront les conditions matérielles de représentation (costumes, décors, accessoires, etc.).

 

 

Mesdames, Messieurs, je vous demande un peu de concentration car je tiens à ce que vous jouiez la scène 2 de l’acte II, la scène du peloton le plus justement possible. Dans cette scène, interviennent l’abbé, la baronne (la mère de Cécile), le maître de danse, et Cécile.

Tout commence avec l’abbé. Pierre, toi qui joues le personnage, je veux absolument que tu en soulignes l’aspect caricatural. Il est un abbé, mais je souhaite que l’on sente son côté comique. N’hésite donc pas à sur-jouer le rôle. Ainsi quand tu prends la parole, prends une voix et un ton assez obséquieux. «  Que pensez-vous, madame, du dernier sermon ? ne l’avez-vous pas entendu ? »