fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Étude de textes de Maupassant et de Zola. Question : comparez la conception du roman de Zola, et celle qui lui est attribuée par Maupassant. | Devoirs divers | Zola | roman

Devoirs divers | Zola | roman

Étude de textes de Maupassant et de Zola. Question : comparez la conception du roman de Zola, et celle qui lui est attribuée par Maupassant.

 Extrait du corrigé : 

Étude de textes de Maupassant et de Zola. Question : comparez la conception du roman de Zola, et celle qui lui est attribuée par Maupassant.

 

Zola est considéré comme l’écrivain naturaliste par excellence.

Le naturalisme va encore plus loin que le réalisme (comme celui de Balzac).

 

Balzac a décidé d’étudier l’homme et la société comme on le ferait d’une société animale.

Cf. « Il a donc existé, il existera donc de tout temps des Espèces Sociales comme il y a des Espèces Zoologiques. »

> Tel un naturaliste, tel Buffon, il va donc tâcher de décrire les différentes « espèces » d’hommes, ce qui donnera lieu aux fameux « types » balzaciens : la vieille fille, l’arriviste, le pingre… > ces personnages représentent à eux seuls un groupe social, un type sociologique.

Balzac tâche de regrouper l’humanité entière dans son immense ouvrage, La Comédie Humaine, où les types et les groupes sociaux sont classés et dépeint.

 

Zola, avec son cycle des Rougon-Macquart, comprenant vingt romans, va plus loin dans son projet.

Comme Balzac, il considère que « Nous n’avons pas d’autre modèle que la vie puisque nous ne concevons rien au‑delà de nos sens » => il est donc en premier lieu un « observateur ».

Cf. « nous voyons également que le romancier est fait d’un observateur […] L’observateur chez lui donne les faits tels qu’ils sont observés, pose le point de départ, établit terrain solide… »

=> Réalisme.

Mais Zola, avec le naturalisme, confère une autre mission au romancier : celle d’« expérimentateur ».