fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Le héros du roman est-il un personnage auquel on peut s'identifier ? | Dissertations | roman

Dissertations | roman

Le héros du roman est-il un personnage auquel on peut s'identifier ?

 Extrait du corrigé :

Peut-on s’identifier à tous les héros de roman ?

NB : attraction du roman réside souvent dans le fait que le lecteur d’identifie au personnage et est pris dans ses aventures/chagrins/joies…

 

              En introduction, ou même dans une première partie, il serait bon de rappeler la situation particulière du roman :

• Roman : peint les personnages ou des types (Cf. Balzac) => Description fines, précises ou au contraires évasives…

• Dans le roman, quand l'auteur veut faire passer un personnage pour un méchant le lecteur le perçoit rarement comme un "gentil". La partie narrative décrit plus le personnage physiquement, dans leurs actions...

• Le personnage de roman serait donc surtout créé pour être décrit, analysé. Ce serait un type mis en action. Cf. La Vieille fille, le Père Goriot

=> La liberté d’imagination du lecteur de roman :

• Personnage de roman : est décrit physiquement, l’auteur donne un cadre (visage ovale, teint olivâtre, petite taille…). Mais liberté d’imaginer comment est Emma Bovary, même si le texte dit qu’elle est brune. Roman => liberté de l’imagination physique. Nb : même quand le texte est extrêmement précis et peint avec de nombreux détails un personnage, chaque lecteur se l’imagine différemment, en fonction de ses connaissances, de ses goûts… Cf. la robe mauve d’Anna Karénine.       

 

 

I- Le roman et l’identification au héros

              Le lecteur de roman a envie de distraction, de rêve, d’aventure (et pas de platitudes). Il s’attend donc à lire l’histoire d’un héros :

              A- Des destins d’exception

• Le roman ne raconte pas d’histoires banales, elles doivent sortir de l’ordinaire.

Cf. la vie de Julien Sorel dans Le Rouge et le Noir de Stendhal.