fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Ionesco, Le Roi se meurt – MARIE – Avez-vous revu le médecin ?... | Commentaires composés | Ionesco | Théâtre

Commentaires composés | Ionesco | Théâtre

Ionesco, Le Roi se meurt – MARIE – Avez-vous revu le médecin ?...

 Ionesco, Le Roi se meurt – MARIE – Avez-vous revu le médecin ?...

 

 

MARIE – Avez-vous revu le médecin ? Que dit-il ?

MARGUERITE– Ce que vous connaissez.

MARIE – Peut-être qu’il se trompe.

MARGUERITE – Vous n’allez pas recommencer le coup de l’espoir. Les signes ne trompent pas.

MARIE – Peut-être les a-t-il mal lus.

MARGUERITE – Les signes objectifs ne trompent pas. Vous le savez.

MARIE, regardant le mur. – Ah ! Cette fissure !

MARGUERITE – Vous la voyez ! Il n’y a pas que cela. C’est votre faute s’il n’est pas préparé, c’est votre faute si cela va le surprendre. Vous l’avez laissé faire, vous l’avez même aidé à s’égarer. Ah ! La douceur de vivre. Vos bals, vos amusettes, vos cortèges ; vos dîners d’honneur, vos artifices et vos feux d’artifice, les noces et vos voyages de noces ! Combien de voyages de noces avez-vous faits ?

MARIE – C’était pour célébrer les anniversaires du mariage.

MARGUERITE – Vous les célébriez quatre fois par an. « Il faut bien vivre », disiez-vous…

MARIE – Il aime tellement les fêtes.

MARGUERITE – Les hommes savent. Ils font comme s’ils ne savaient pas ! Ils savent et ils oublient. Lui, il est roi. Lui, il ne doit pas oublier. Il devait avoir le regard dirigé en avant, connaître les étapes, connaître exactement la longueur de sa route, voir l’arrivée.

MARIE – Mon pauvre chéri, mon pauvre petit roi.

MARGUERITE, à Juliette. – Donnez-lui encore un mouchoir. (À Marie.) Un peu de bonne humeur, voyons. Vous allez lui communiquer vos larmes, cela s’attrape. Il est déjà assez faible comme cela. Cette influence détestable que vous avez eue sur lui. Enfin ! Il vous préférait à moi, hélas ! Je n’étais pas jalouse, oh, pas du tout. Je me rendais compte simplement que ce n’était pas sage. Maintenant, vous ne pouvez plus rien pour lui. Et vous voilà toute baignée de larmes et vous ne me tenez plus tête. Et votre regard ne me défie plus. Où donc ont disparu votre insolence, votre sourire ironique, vos moqueries ? Allons, réveillez-vous. Prenez votre place, tâchez de vous tenir bien droite. Tiens, vous avez toujours votre beau collier. Venez, prenez donc votre place.

MARIE, assise. – Je ne pourrai pas lui dire.

MARGUERITE – Je m’en chargerai. J’ai l’habitude des corvées.

 

Extrait du corrigé

 

 

Le roi se meurt : pièce de théâtre d'Eugène Ionesco en 1 acte, créée à l'Alliance française le 15 décembre 1962. Elle est écrite en quelques jours par Ionesco, au sortir d’une grave maladie, Ionesco, alors qu’il vient de se sentir touché par l’aile de la mort.

 

Le Roi se meurt raconte la lente dégradation d'un homme, le roi Bérenger, et son chemin vers la mort. Dans la première partie de la pièce, trop fatigué, il ne peut même plus monter sur son trône et hésite entre la révolte et le désespoir.

 

 

Extrait étudié : discussion entre deux femmes du roi Bérenger, Marguerite, reine et première épouse, et Marie, reine et deuxième épouse.

La maladie de Bérenger est incurable. Le roi doit mourir.

 

I- Deux femmes

            A- Entre espoir et réalité

• Montrez que Marie refuse de croire à l’irréversibilité des choses.

Ex : « Peut-être qu’il se trompe. » ; « Peut-être les a-t-il mal lus. » > elle veut croire que peut-être une autre solution existe, que peut-être le roi peut encore s’en sortir.

• Marguerite est beaucoup plus pragmatique.

Cf. « Vous n’allez pas recommencer le coup de l’espoir. Les signes ne trompent pas. »

Puis se répète « Les signes objectifs ne trompent pas. ».

- Paradoxe : « les signes » > plutôt du côté des superstitions.

« objectifs » > du côté de la raison.

Cf. « Ah ! Cette fissure ! / MARGUERITE – Vous la voyez ! Il n’y a pas que cela. » :

- La fissure du mur est un signe, aux yeux de Marguerite.

Δ)  Bérenger est condamné.