fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Ionesco, Notes et contre-notes – Il fallait non pas cacher les ficelles… | Commentaires composés | Ionesco | Théâtre

Commentaires composés | Ionesco | Théâtre

Ionesco, Notes et contre-notes – Il fallait non pas cacher les ficelles…

 Ionesco, Notes et contre-notes ­– Il fallait non pas cacher les ficelles

 

Il fallait non pas cacher les ficelles, mais les rendre plus visibles encore, délibérément évidentes, aller à fond dans le grotesque, la caricature, au-delà de la pâle ironie des spirituelles comédies de salon. Pas de comédies de salon, mais la farce, la charge parodique extrême. Humour, oui, mais avec les moyens du burlesque. Un comique dur, sans finesse, excessif. Pas de comédies dramatiques, non plus. Mais revenir à l'insoutenable. Pousser tout au paroxysme, là où sont les sources du tragique. Faire un théâtre de violence: violemment comique, violemment dramatique.

Éviter la psychologie ou plutôt lui donner une dimension métaphysique. Le théatre est dans l’exagération extrême des sentiments, exagération qui disloque la plate réalité quotidienne. Dislocation aussi, désarticulation du langage.

Si d’autre part les comédiens me gênaient parce qu’ils me paraissaient trop peu naturels c’est peut-être parce qu’eux aussi étaient ou voulaient être trop naturels : en renonçant à l’être, ils le redeviendront peut-être d’une autre manière. Il faut qu’ils n’aient pas peur de ne pas être naturels. Pour s’arracher au quotidien, à l’habitude, à la paresse mentale qui nous cache l’étrangeté du monde, il faut recevoir comme un véritable coup de matraque. Sans une virginité nouvelle de l’esprit, sans une nouvelle prise de conscience, purifiée, de la réalité existentielle, il n’y a pas de théâtre, il n’y a pas d’art non plus ; il faut réaliser une sorte de dislocation du réel, qui doit précéder sa réintégration.

 

 

Extrait du corrigé :  

Ionesco : dramaturge d’origine roumaine et d’expression française.

Il est l’un des représentants du théâtre de l’absurde. Cf. Rhinocéros, La Cantatrice chauve.

 

Notes et contre-notes est un ouvrage d'Eugène Ionesco rassemblant des textes très divers sur le théâtre.

 

I- La comédie selon Ionesco

            A- Une vision de la comédie

• Texte sur le théâtre, et plus précisément sur la comédie.

Cf. le champ lexical du théâtre.

Ex : « comédies de salon » ; « la farce » ; « burlesque » ; « comique » ; « comédies dramatiques »…

• Ionesco donne sa vision du théâtre.

Cf. « Il fallait non pas cacher les ficelles, mais les rendre plus visibles encore, délibérément évidentes, aller à fond dans le grotesque, la caricature, au-delà de la pâle ironie des spirituelles comédies de salon. » :

- « Il fallait » > jugement.

- Il évoque l’aspect artificiel du théâtre > les « ficelles ».

Paradoxe : normalement, le théâtre voulait faire oublier qu’il s’agissait du théâtre. Or Ionesco lui insiste sur ce côté artificiel.

Cf. « les rendre plus visibles encore, délibérément évidentes »,

Cf. « aller à fond dans le grotesque, la caricature »

> Il oppose son théatre aux « comédies de salon ».

Et donc au théâtre de Marivaux par exemple. Cf. « éviter la psychologie » > rejette le marivaudage.

> Il oppose son théatre aux « comédies dramatiques ».