fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Mme de La Fayette, La Princesse de Clèves - Le lendemain qu'elle fut arrivée… | Commentaires composés | La Fayette | roman

Commentaires composés | La Fayette | roman

Mme de La Fayette, La Princesse de Clèves - Le lendemain qu'elle fut arrivée…

 Mme de La Fayette, La Princesse de Clèves - Le lendemain qu'elle fut arrivée…

 

            Le lendemain qu'elle fut arrivée, elle alla pour assortir des pierreries chez un Italien qui en trafiquait par tout le monde. Cet homme était venu de Florence avec la reine, et s'était tellement enrichi dans son trafic, que sa maison paraissait plutôt celle d'un grand seigneur que d'un marchand. Comme elle y était, le prince de Clèves y arriva. Il fut tellement surpris de sa beauté, qu'il ne put cacher sa surprise ; et mademoiselle de Chartres ne put s'empêcher de rougir en voyant l'étonnement qu'elle lui avait donné. Elle se remit néanmoins, sans témoigner d'autre attention aux actions de ce prince que celle que la civilité lui devait donner pour un homme tel qu'il paraissait. Monsieur de Clèves la regardait avec admiration, et il ne pouvait comprendre qui était cette belle personne qu'il ne connaissait point. Il voyait bien par son air, et par tout ce qui était à sa suite, qu'elle devait être d'une grande qualité. Sa jeunesse lui faisait croire que c'était une fille ; mais ne lui voyant point de mère, et l'Italien qui ne la connaissait point l'appelant madame, il ne savait que penser, et il la regardait toujours avec étonnement. Il s'aperçut que ses regards l'embarrassaient, contre l'ordinaire des jeunes personnes qui voient toujours avec plaisir l'effet de leur beauté ; il lui parut même qu'il était cause qu'elle avait de l'impatience de s'en aller, et en effet elle sortit assez promptement. Monsieur de Clèves se consola de la perdre de vue, dans l'espérance de savoir qui elle était ; mais il fut bien surpris quand il sut qu'on ne la connaissait point. Il demeura si touché de sa beauté, et de l'air modeste qu'il avait remarqué dans ses actions, qu'on peut dire qu'il conçut pour elle dès ce moment une passion et une estime extraordinaires. Il alla le soir chez Madame, sœur du roi.

 

 

La Princesse de Clèves :

Ce roman est publié en 1678, sous l'anonymat.

Œuvre la plus célèbre de Madame de La Fayette et œuvre très importante dans la littérature française car elle est considérée comme le chef-d'œuvre du roman classique et pour le modèle du roman d'analyse psychologique.

Écrit à la troisième personne, le récit a pour toile de fond historique la vie à la cour des Valois, dans les dernières années du règne d’Henri II. Il met en scène une jeune femme superbe et parfaite, Madame de Clèves, mariée sans amour, qui s’éprend du duc de Nemours.

 

Extrait : on est au début du roman. Mlle de Chartres vient d’arriver à la cour. Elle rencontre le prince de Clèves.

 

I- La rencontre avec le prince de Clèves

            A- Un monde riche

• Montrez la richesse de l’environnement de Mlle de Chartres.

« Le lendemain qu'elle fut arrivée » > lendemain de son arrivée à la cour.

Cf. « alla pour assortir des pierreries » > richesse des bijoux.

Cf. « avec la reine » > Mlle de Chartres évolue dans la proximité du roi, dans les hautes sphères du pouvoir.

Cf. « le prince de Clèves » : titre de noblesse très élevé.

NB : on est au début du roman, le lecteur sait que le livre s’appelle La Princesse de Clèves > rencontre avec son futur mari.

• Soulignez l’enrichissement peut-être douteux du marchand italien.

Cf. « en trafiquait » ; « son trafic ».

Cf. « tellement enrichi » ; « celle d'un grand seigneur » > univers extrêmement luxueux.