fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Simone Schwartz-Bart, Pluie et Vent sur Télumée Miracle – Et tandis que j’allais ainsi… | Commentaires composés | roman

Commentaires composés | roman

Simone Schwartz-Bart, Pluie et Vent sur Télumée Miracle – Et tandis que j’allais ainsi…

 Simone Schwartz-Bart, Pluie et Vent sur Télumée Miracle – Et tandis que j’allais ainsi

 

            Et tandis que j’allais ainsi, d’un pas retenu malgré moi, contrôlé, soudain surgit un vaste demeure à colonnades et bougainvillées, perron surélevé, toit surmonté de deux flèches métalliques, et ces étonnantes fenêtres à vitres et rideaux de dentelle dont nous avions parlé, Reine Sans-Nom et moi. Sur toute la façade, les fleurs tapissaient la maison d’un mauve écarlate, éblouissant. Venant à moi, depuis le perron où elle se tenait, la descendante du Blanc des blancs m’apparut, dame frêle, un peu vieille demoiselle, avec de longs cheveux jaunes et gris et les oreilles farés dans des sandales, qu’elle traînait avec légèreté, comme de petits bateaux de papier tirés à la ficelle, sur une pièce d’eau dormante. Deux yeux d’un bleu intense m’examinèrent, et le regard me parut froid, languissant, désinvolte tandis que Mme Désaragne m’interrogeait avec insistance, tout comme si elle n’avait jamais rencontré grand-mère.

            – C’est une place que vous cherchez ?

            – Je cherche à me louer.

            – Qu’est-ce que vous savez faire, par exemple ?

            – Je sais tout faire.

            – Vous connaissez cuisiner ?

            – Oui

            – Je veux dire cuisiner, pas lâcher un morceau de fruit à pain dans une chaudière d’eau salée.

            – Oui, je sais.

            – Bon, c’est bien, mais qui vous a appris ?

            – La mère de ma grand-mère s’était louée, dans le temps, chez les Labardine.

            – C’est bien, savez-vous repasser ?

            – Oui.

            – Je veux dire repasser, c’est pas bourrer de coups de carreaux des drill sans couleur.

            – Je sais, c’est glacer des chemises en popeline avec des cols cassés.

            – C’est bien. Mais ici, c’est une maison respectable, c’est une chose qu’il fait bien comprendre. Avez-vous un mari ? quelqu’un ?

– Non, je vis seule, avec ma grand-mère, seule.

            – C’est bien, car vous savez, l’inconduite ne mène à rien. Si vous respectez les gens comme il faut, si vous vous occupez de vos affaires, de vos propres chancres au lieu de bâiller la bouche grande ouverte, alors vous pouvez rester, elle est libre, la place. Seulement, je vous avertis bien, vous êtes à l’essai.

            J’ai déposé mon balluchon dans un réduit à l’écart de la maison, du côté de l’écurie, ma chambre désormais, et je me suis mise à laver une pile de linge sale que Mme Desaragne me désigna, dans un petit bassin à robinet de cuivre.

            Alors Fond-Zombi fut devant mes yeux et se mit à flotter par-dessus son bourbier, morne après morne, vert après vert, en ondulant sous la brise tiède jusqu’à la montagne Balata Bel Bois, qui se fondait au loin parmi les nuages. Et j’ai compris qu’un grand vent pourrait venir, souffler, balayer ce trou perdu case par case, arbre par arbre, jusqu’au dernier grain de terre et cependant, il renaîtrait toujours dans ma mémoire, intact.

 

Extrait du corrigé :

Simone Schwarz-Bart est née en 1938, en métropole ; ses parents sont guadeloupéens. Elle rentre en Guadeloupe à l’âge de trois ans, mais reviendra faire ses études à Paris. Sur le conseil de son mari, André Schwarz-Bart, lauréat du Prix Goncourt 1959, elle se lance dans l’écriture.

 

Pluie et vent sur Télumée Miracle : roman paru en 1972 et considéré comme un chef-d’œuvre de la culture antillaise.

 

Télumée, la narratrice, élevée par sa grand-mère, Reine Sans-Nom, au hameau perdu de Fond-Zombi, est obligée de « se placer » chez les Blancs. Dans l’extrait étudié, elle rencontre la dame chez qui elle va devenir servante.

 

I- Arrivée dans un lieu nouveau

            A- L’histoire de Télumée

• Récit à la 1e personne du singulier.

Cf. les marques de 1e personne. Ex : « j’allais » ; « moi » ; « m’interrogeait »…

Télumée est la narratrice et raconte son histoire.

• Récit vivant.

Temps du récit.

Imparfait pour les actions longues, la toile de fond, les descriptions.

Ex : « j’allais » ; « tapissaient »…

Passé simple pour les actions brèves, les actions rapides, qui rompent la toile de fond de l’imparfait.

Ex : « soudain surgit » ; « apparut » ; « me parut »…

+ Nombreux passages au style direct : présence de dialogues.

Et recours au temps du discours.

Ex : « Je sais » ; « Vous connaissez »…

 

            B- Une étonnante et riche demeure