fermer le formulaire

Contact / demande de sujet :

Vous souhaitez nous contacter, nous soumettre un sujet spécifique,
laisser nous un message par le formulaire ci-dessous.

Commande Suspendue !
En raison du grand nombre de demandes, et pour pouvoir les traiter au mieux, le site est fermé.

fermer le formulaire

Vos coordonnées

Inscrivez-vous et restez informé de nos actualités.

 
fermer le formulaire

DEJA INSCRIT : IDENTIFIEZ-VOUS

 

SUJET : Molière, L'Avare, acte IV, scène 7 | Commentaires composés | Molière | Théâtre

Commentaires composés | Molière | Théâtre

Molière, L'Avare, acte IV, scène 7

Molière, L’Avare, acte IV, scène 7

 

HARPAGON. Il crie au voleur dès le jardin, et vient sans chapeau.- Au voleur, au voleur, à l’assassin, au meurtrier. Justice, juste Ciel. Je suis perdu, je suis assassiné, on m’a coupé la gorge, on m’a dérobé mon argent. Qui peut-ce être ? qu’est-il devenu ? où est-il ? où se cache-t-il ? que ferai-je pour le trouver ? où courir ? où ne pas courir ? n’est-il point là ? n’est-il point ici ? qui est-ce ? Arrête. Rends-moi mon argent, coquin... (Il se prend lui-même le bras.) Ah, c’est moi. Mon esprit est troublé, et j’ignore où je suis, qui je suis, et ce que je fais. Hélas, mon pauvre argent, mon pauvre argent, mon cher ami, on m’a privé de toi ; et puisque tu m’es enlevé, j’ai perdu mon support, ma consolation, ma joie, tout est fini pour moi, et je n’ai plus que faire au monde. Sans toi, il m’est impossible de vivre. C’en est fait, je n’en puis plus, je me meurs, je suis mort, je suis enterré. N’y a-t-il personne qui veuille me ressusciter, en me rendant mon cher argent, ou en m’apprenant qui l’a pris ? Euh ? que dites-vous ? Ce n’est personne. Il faut, qui que ce soit qui ait fait le coup, qu’avec beaucoup de soin on ait épié l’heure ; et l’on a choisi justement le temps que je parlais à mon traître de fils. Sortons. Je veux aller quérir la justice, et faire donner la question à toute ma maison ; à servantes, à valets, à fils, à fille, et à moi aussi. Que de gens assemblés ! Je ne jette mes regards sur personne, qui ne me donne des soupçons, et tout me semble mon voleur. Eh ? de quoi est-ce qu’on parle là ? de celui qui m’a dérobé ? Quel bruit fait-on là-haut ? est-ce mon voleur qui y est ? De grâce, si l’on sait des nouvelles de mon voleur, je supplie que l’on m’en dise. N’est-il point caché là parmi vous ? Ils me regardent tous, et se mettent à rire. Vous verrez qu’ils ont part, sans doute, au vol que l’on m’a fait. Allons vite, des commissaires, des archers, des prévôts, des juges, des gênes, des potences, et des bourreaux. Je veux faire pendre tout le monde ; et si je ne retrouve mon argent, je me pendrai moi-même après.

 

 Extrait du corrigé :

Molière : célèbre auteur du XVIIe siècle. Comédien et auteur de nombreuses comédies.

Moraliste => reprend la devise d’Horace Castigat ridendo mores d’Horace – corriger les mœurs par le rire.

 

L'Avare : comédie de Molière en 5 actes et en prose, jouée pour la première fois au Théâtre du Palais-Royal le 9 septembre 16681.

Le sujet est inspiré de La Marmite, une pièce du poète comique latin Plaute : Harpagon a deux enfants, Élise, amante de Valère, et Cléante, amant secret de Mariane. Il est obnubilé par l’argent, et n’a qu’une crainte, celle qu’on lui vole sa cassette remplie d’or qu’il a dissimulée dans le jardin.

 

Extrait étudié : Harpagon est furieux d’apprendre que son fils aime Mariane, que lui-même souhaite épouser. Mais sa colère est à son comble quand il découvre qu’on lui a volé sa cassette.

 

Quelle vision du personnage  ce monologue nous donne-t-il ?

 

I- Un personnage très agité

            A- Un grand trouble

• Soulignez la grande agitation d’Harpagon.

Cf. les didascalies.

Ex : « Il crie… »

Ex : « vient sans chapeau » > n’a pas pris le temps de se vêtir entièrement. Il est désorienté.

Cf. le fait qu’il n’a pas le temps de faire de véritables phrases.

Ex : « Au voleur, au voleur, à l’assassin, au meurtrier. Justice, juste Ciel. » > Phrases averbales.

> Appels au secours.

Cf. les déplacements qu’il fait sur scène > très agité.

• Montrez qu’il est tellement outré et perturbé qu’il s’arrête lui-même.

Cf. « Arrête. Rends-moi mon argent, coquin... (Il se prend lui-même le bras.) »

> Comique.